NOUVELLES

USA: une tournée en bus contre l'avortement et pour la défaite d'Obama

13/08/2012 03:50 EDT | Actualisé 13/10/2012 05:12 EDT

Une organisation anti-avortement a indiqué lundi qu'elle allait lancer une tournée en bus dans plusieurs Etats-clé des Etats-Unis avant les élections de novembre, afin d'"attirer l'attention sur le bilan du président Obama" en matière d'avortement et appeler à sa défaite.

La Susan B. Anthony List (SBA List), qui se consacre à la lutte contre l'avortement, va parcourir en bus du 20 au 30 août une trentaine de villes dans cinq Etats cruciaux, pouvant basculer dans l'un ou l'autre camp politique: l'Iowa (où se rendait Obama lundi), le Wisconsin (nord), l'Ohio (nord), la Virginie (est) et la Floride (sud-est).

Les passagers du bus, des personnalités nationales ou locales selon les étapes, "appelleront à la défaite du président Obama" mais aussi à celle des candidats pro-avortement à la Chambre des représentants et au Sénat de ces cinq Etats, indique l'organisation dans un communiqué.

La SBA List - du nom d'une féministe américaine - avait salué samedi le choix de Paul Ryan, "militant anti-avortement de longue date", comme colistier républicain à l'élection présidentielle.

Le bus portera le calicot où est inscrit: "Les femmes font entendre leurs voix : l'avortement n'est pas un soin de santé".

"Le bilan du président Obama en matière d'avortement est porté à l'extrême", indique la présidente de l'organisation, Marjorie Dannenfelser, qui dénonce "l'extension du financement de l'avortement par les contribuables sous prétexte d'être un +soin de santé+" ou encore "l'obligation faite aux contribuables de souscrire" à des organisations pratiquant l'avortement aux Etats-Unis ou à l'étranger.

La question de l'avortement déchaîne les passions régulièrement aux Etats-Unis et notamment en période électorale. Elle s'est cette année doublée du débat sur la réforme de santé du président Obama, qui selon ses détracteurs finance l'avortement.

Cette réforme phare du mandat du président démocrate, dont le principe est que tout Américain devra se doter d'une assurance maladie, a été validée fin juin par la Cour suprême mais reste l'objet d'attaques de ses opposants.

ff/lor

PLUS:afp