NOUVELLES

«The Odd Life of Timothy Green» fait davantage la leçon aux parents

13/08/2012 12:07 EDT | Actualisé 13/10/2012 05:12 EDT

TORONTO - Les nouveaux parents du film «The Odd Life of Timothy Green» («La drôle de vie de Timothy Green») accumulent les faux pas alors qu'ils tentent de s'occuper d'un jeune garçon qui apparaît mystérieusement dans leur jardin.

Le film de Disney semble vouloir donner davantage de leçons aux adultes qu'aux enfants, et le scénariste et réalisateur Peter Hedges admet s'être inspiré de ses propres erreurs en tant que père.

«D'un point de vue égoïste, je suis un parent, et j'ai senti qu'une fenêtre se refermait sur mon rôle de parent, a expliqué Hedges au cours d'un récent séjour à Toronto pour promouvoir le film. Mes enfants étaient de jeunes adolescents lorsque j'ai commencé à travailler sur ce projet, et j'avais l'impression que c'était une bonne occasion de devenir en paix avec certains des crimes que j'ai commis en tant que parent, mais aussi d'obtenir de nouvelles perspectives sur certaines approches que j'ai privilégiées et d'effectuer des changements.»

Selon Hedges, les origines magiques de la famille sont une pure invention, bien sûr, mais les faux pas des personnages adultes sont véridiques.

Dans le film, Jennifer Garner et Joel Edgerton tiennent le rôle de Cindy et Jim Green, qui rêvent d'avoir un enfant. Mais lorsqu'ils apprennent qu'ils ne pourront en avoir, ils s'enivrent et écrivent sur un bout de papier les qualités qu'ils auraient voulu voir chez leur enfant. Ils enterrent ensuite la liste dans leur cour.

Après une pluie soudaine, quelques heures plus tard, un garçon couvert de boue apparaît dans leur maison, affirmant qu'il «vient du jardin», et commence à les appeler «papa» et «maman».

L'enfant évite de répondre aux questions au sujet des étranges feuilles vertes qui poussent sur ses jambes, et Jim et Cindy ne peuvent s'empêcher d'imposer leurs idéaux à l'enfant. Ils n'apprendront que trop tard que celui-ci garde un terrible secret.

Hedges explique son scénario en notant qu'il est impossible de savoir ou de comprendre tout ce que vivent les enfants, même s'il s'agit des vôtres.

Joel Edgerton était intrigué par cette théorie et s'est remémoré un événement dramatique de son enfance qu'il n'a révélé que tout récemment à ses parents: le souvenir d'une gardienne très sévère avec qui ses parents l'ont laissé — en compagnie de son frère — pendant cinq semaines.

«Ce n'était pas une dame très gentille», se souvient Edgerton, qui estime avoir eu huit ou neuf ans à l'époque.

«(Elle était) très sévère et nous battait avec un (bâton pour battre les tapis). Elle avait grandi pendant la Deuxième Guerre mondiale, elle était veuve et était très sévère. Sa maison était toute en tweed et les rideaux étaient tirés et (mon frère et moi nous demandions): "Pourquoi nous avez-vous laissés avec cette femme?" Ma mère était dans tous ses états parce nous ne lui en avions jamais parlé», raconte l'acteur.

Hedges admet quant à lui avoir commis des «crimes parentaux», avant de réaliser qu'il avait le devoir de faire passer les besoins de son fils avant les siens.

«Il n'est pas arrivé ici pour remplir les vides dans ma vie. Il commence à neuf et je dois régler mes trucs d'une autre façon. Mon travail et de créer un environnement sécuritaire qui lui permettra de devenir la personne qu'il doit être, et non pas la personne que je crois qu'il devrait être», estime-t-il.

«The Odd Life of Timothy Green» prendra l'affiche mercredi.

PLUS:pc