NOUVELLES

Québec: le premier ministre sortant promet d'aider à investir à l'étranger

13/08/2012 02:43 EDT | Actualisé 13/10/2012 05:12 EDT

Le premier ministre sortant et chef du Parti libéral québécois (PLQ) Jean Charest s'est engagé lundi à créer un fonds d'un milliard de dollars pour inciter les entreprises québécoises à investir à l'étranger si son parti garde la majorité à l'issue du scrutin du 4 septembre.

"Cet engagement répond aux attentes soulevées par un grand nombre d'entrepreneurs québécois, ceux-là mêmes qui ont grandement contribué à bâtir l'économie du Québec", a déclaré le Premier ministre sortant lors d'une conférence de presse et au treizième jour de la campagne.

"Un fonds de cette envergure permettra aux entreprises d'ici de devenir des acteurs de calibre mondial, et de faire rayonner la créativité et les talents des Québécois sur la scène internationale", a expliqué M. Charest.

Le projet nommé "Fonds Ambition Québec", d'un milliard de dollars canadiens (environ 800 millions d'euros), repose sur une "offensive structurée sur les marchés du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), de Londres et de Paris pour attirer de nouveaux projets d'investissements au Québec".

Le PLQ pense mener à bien cet engagement en "augmentant le nombre de spécialistes à l'investissement dans les délégations du Québec à l'étranger dans les villes de Pékin, Shanghai, Moscou, Rio, Bombay, Londres et Paris".

Jean Charest a aussi prévenu que son prochain gouvernement adopterait des mesures qui permettront aux entreprises québécoises d'évaluer une proposition de rachat et de pouvoir refuser les offres de rachat hostiles.

Cette mesure est une réponse aux craintes d'offres de rachat, dont le réseau canadien de magasins de quincaillerie Rona a été la cible.

Cette annonce vient allonger la liste de mesures économiques dont Jean Charest a fait son cheval de bataille pour cette campagne, dont l'issue reste incertaine pour son parti.

amch/via/lor

PLUS:afp