Huffpost Canada Quebec

Parti vert du Québec: Claude Sabourin veut conjuguer environnement et économie (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:

Même s’ils n’ont pas encore réussi à faire élire un député à l’Assemblée nationale, les membres du Parti vert du Québec (PVQ) restent optimistes et continuent à travailler fort sur le terrain pour convaincre les électeurs. Une tâche que le chef, Claude Sabourin, trouverait plus facile avec plus de visibilité dans l’univers médiatique.

«Mon principal défi est de prendre la place qui revient au parti dans l’univers public, indique le chef du PVQ. Aussi, de donner plus de visibilité afin de faire élire notre premier député vert.»

La tâche ne sera pas facile toutefois pour les Verts, qui comptent habituellement sur l’implication de ces membres étudiants pour faire valoir les idées du parti, mais aussi pour se présenter comme candidat. Le contexte s'y prête mal, estime Claude Sabourin, compte tenu des élections en été.

«Avoir des élections en août, en période de vacances, alors que les étudiants sont à l’extérieur, ne nous aide pas dans le recrutement des candidats», admet-il. Il souhaite néanmoins être en mesure d'annoncer sous peu qu’il y aura des candidats verts dans tous les comtés.

L’importance des candidats
En 2008, le PVQ avait présenté 80 candidats, contrairement à 108 l’année précédente. «Ce n’est pas un choix anodin de déclencher des élections en été pour le gouvernement», insiste-t-il.

Dans le même sens, M. Sabourin s’interroge sur le choix de tenir des élections un mardi. Une décision qui risque d’augmenter le taux d’abstention, dit-il.

«Les gens pensent que notre parti se concentre seulement sur l’environnement et que nous n’avons pas de programme, dénonce-t-il. C’est faux. De 40 à 50% des jeunes voteraient verts sans ces croyances.»

Une place pour l’environnement
Le chef du Parti vert dénonce également le peu de place accordée à la question de l'environnement par l’ensemble des principaux partis. «Je remarque que l’environnement va être à nouveau mis de côté. Une situation déplorable surtout en cette période de sécheresse, où plusieurs rivières au Québec sont dans une situation désastreuse.»

Il attribue ce peu de place au fait que plusieurs opposent les enjeux environnementaux aux questions économiques. Une erreur, selon lui: il faudrait au contraire une alliance entre les deux enjeux.

«Les deux enjeux sont similaires, insiste-t-il. Quand nous aurons adopté plus de mesures pour protéger l’environnement…ce sera des dollars d’économie.»

Un premier député vert?
Claude Sabourin compte sur les électeurs de Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal, pour envoyer un premier député vert à l’Assemblée nationale. Une circonscription stratégique, puisque lors des dernières élections, les Verts avaient terminé deuxième, de même qu’en 2007. Les électeurs y votent cependant avec une très forte majorité pour les libéraux.

Notons que lors des dernières élections, en 2008, le PVQ avait réussi à convaincre 70 393 électeurs, en récoltant un maigre 2,17 %. Un résultat décevant comparativement à l’élection de 2007, où le parti avait obtenu 152 885 votes, pour un taux de 3,85 % à l’échelle du Québec.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Portraits des chefs
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Le chef du Parti vert du Québec candidat - CNW Group

Le Parti Vert rejette le carré… vert!

Filed by Jean-Philippe Cipriani