NOUVELLES

Le vote d'une loi sur le pétrole et le gaz est la priorité de l'ONU en Irak

13/08/2012 02:28 EDT | Actualisé 13/10/2012 05:12 EDT

Le vote d'une loi sur l'expoitation pétrolière et gazière, qui n'a toujours pas été soumise au Parlement irakien, est une des premières priorités des Nations unies, qui ont mis en place une équipe pour suivre ce dossier, a indiqué lundi le représentant spécial de l'ONU en Irak.

Cette loi, destinée à réguler le lucratif secteur pétrolier de l'Irak, et à établir les règles du partage des revenus entre le gouvernement central et les provinces irakiennes, est depuis des années dans les limbes du Parlement.

"Une équipe interne de l'UNAMI (Mission d'assistance des Nations unies pour l'Irak), travaille sur ce dossier", a déclaré à l'AFP le représentant spécial, Martin Kobler.

"Nous voulons commencer par un débat sur le partage des revenus, puis passer à la loi sur le pétrole et le gaz. Cette loi est un point de départ important pour s'attaquer à des problèmes majeurs tels que les relations entre Arabes et Kurdes, la question du fédéralisme. Je dirai que c'est la clé. Cela permettrait d'avoir une base" pour résoudre ces problèmes, a estimé M. Kobler.

"En outre, ce pays a besoin de sécurité pour les investissements. La solution à la question des frontières internes contestées, où sont situés certains des plus importants champs pétroliers inexploités, est beaucoup plus simple si tout le monde sait comment seront partagés les bénéfices", a-t-il fait valoir.

Diplomates et analystes pointent du doigt les différends opposant la région autonome du Kurdistan et le gouvernement central de Bagdad au sujet d'une zone contestée et du partage des revenus pétroliers et des pouvoirs, comme l'un des risques les plus importants pour la stabilité à long terme du pays.

Pour M. Kobler, les deux autres grandes priorités sont l'élection d'une nouvelle commission pour organiser les élections régionales prévues l'an prochain et la création d'une chambre haute au Parlement, baptisée Conseil de fédération, prévu par la Constitution.

L'Irak dispose de réserves pétrolières prouvées de 143,1 milliards de barils de pétrole et 3.200 milliards de mètres cubes de gaz naturel, soit parmi les réserves les plus élevées du monde pour ces deux matières.

La production de l'Irak s'élève désormais à 3,2 millions de barils par jour selon le gouvernement, dont la vaste majorité des revenus provient de l'exportation de cette manne pétrolière.

psr/wd/cnp/feb

PLUS:afp