NOUVELLES

Le TSX recule avec les matières premières et les mauvaises données au Japon

13/08/2012 10:08 EDT | Actualisé 13/10/2012 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé lundi en baisse, tirée vers le bas par les actions du secteur minier, après qu'une nouvelle dose de données économiques décevantes en provenance de l'Asie eut déprimé les cours des matières premières.

L'indice composé S&P/TSX a cédé 52,56 points pour terminer la séance avec 11 838,83 points, après avoir crû de deux pour cent la semaine dernière, stimulé par l'espoir de voir les banques centrales intervenir pour garder la fragile reprise économique sur les rails.

La Bourse de croissance TSXV a avancé de 6,37 points à 1197,73 points.

Le dollar canadien s'est déprécié de 0,15 cent US à 100,76 cents US.

Les marchés américains ont généralement reculé lundi, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles ayant glissé de 38,52 points à 13 169,43 points. L'indice composé du Nasdaq a grimpé de 1,66 point à 3022,52 points et l'indice élargi S&P 500 a laissé 1,76 point à 1404,11 points.

Les pertes du TSX ont suivi celles du secteur des métaux de base, à la suite de la publication d'un rapport témoignant d'un ralentissement prononcé de la croissance économique au Japon pour le deuxième trimestre.

L'économie japonaise n'a avancé que de 0,3 pour cent au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent, alors que les économistes attendaient une progression deux fois plus importante. Sa progression est en outre bien inférieure à celle de 1,3 pour cent affichée pour le premier trimestre.

Cette situation est une conséquence de la crise des dettes en Europe et de la forte appréciation du yen, qui ont nui à la position concurrentielle du marché japonais des exportations.

Le rapport sur le produit intérieur brut japonais faisait suite à celui sur la baisse prononcée de la croissance des exportations chinoises publié vendredi. Les chiffres sur l'économie chinoise ont cependant donné plus de souffle aux spéculations sur une éventuelle intervention de la banque centrale de Chine pour stimuler l'activité économique.

Les investisseurs s'attendent aussi à voir de nouvelles mesures de la part de la Réserve fédérale des États-Unis et comptent en outre sur la Banque centrale européenne pour faire ce qui sera nécessaire pour garder intacte l'union monétaire du continent.

«Le marché roule sur la rhétorique des banques centrales», a observé Craig Fehr, spécialiste des marchés canadiens chez Edward Jones, à St. Louis. «Cela démontre à quel point le marché tient déjà compte du pessimisme. Si on lui donne une petite absence de mauvaise nouvelle, sa direction naturelle est probablement à la hausse.»

À Toronto, le secteur des métaux de base a reculé de 1,36 pour cent, le cours du cuivre ayant cédé 4 cents US à 3,35 $ US la livre à New York. Le cuivre avait aussi abandonné 3 cents vendredi, à la suite de la publication des données chinoises. La Chine est le premier consommateur mondial de cuivre.

Le titre de Teck Resources (TSX:TKC.B) a perdu lundi 75 cents à 29,58 $, tandis que celui de Taseko Mines (TSX:TKO) a effacé 8 cents à 2,60 $.

Le secteur aurifère a perdu environ 1,2 pour cent, le cours du lingot d'or ayant chuté de 10,20 $ US à 1612,60 $ US l'once à la Bourse des matières premières de New York. Le titre de Goldcorp (TSX:G) a reculé de 42 cents à 36,73 $, tandis que celui d'Iamgold (TSX:IMG) a glissé de 20 cents à 11,18 $.

Le secteur torontois de l'énergie a échappé 0,69 pour cent, le cours du pétrole ayant reculé pour une deuxième séance de suite. Le cours du brut a effacé 14 cents US à 92,73 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

Le prix du pétrole brut avait déjà retraité vendredi, après que l'Agence internationale de l'énergie eut révisé à la baisse ses prévisions pour la demande mondiale pour l'année, les faisant passer de 89,9 millions de barils à 89,6 millions de barils en évoquant la persistance des prix élevés et la faiblesse de l'environnement économique.

L'action de Canadian Natural Resources (TSX:CNQ) a rendu lundi 80 cents à 30,15 $, tandis que celle de la Pétrolière Impériale (TSX:IMO) a gagné 57 cents à 45,28 $.

PLUS:pc