NOUVELLES

JO-2012 - Russie: "merveilleuse performance" malgré une quatriéme place

13/08/2012 05:01 EDT | Actualisé 12/10/2012 05:12 EDT

Les autorités se félicitent de la "merveilleuse performance" de la Russie qui a pourtant terminé à la quatrième place aux jeux Olympiques de Londres et se retrouve ainsi privée de podium pour la première fois de son histoire, relève lundi la presse russe.

A Londres, les sportifs russes ont remporté 24 médailles d'or, 25 d'argent et 33 de bronze, soit 82 au total, contre 72 médailles il y a quatre ans aux JO d'été à Pékin, dont 23 en or.

"Nous avions prévu de réitérer notre résultat aux précédents jeux à Pékin, mais nous l'avons même dépassé", a déclaré le ministre russe des Sports, Vitali Moutko, se félicitant de la "merveilleuse performance" des athlètes russes.

Pourtant, "cela n'a pas suffit pour passer devant la Grande-Bretagne et occuper la troisième place au tableau des médailles", derrière les Etats-Unis et la Chine, observe le quotidien Kommersant.

Alors que les JO de Londres n'étaient dans l'ensemble "pas mal du tout" pour la Russie, "c'est la première fois de l'histoire (hormis l'époque tsariste) que nous ne figurons pas dans les trois premiers pays médaillés d'or", constate le quotidien Sport-Express dans une tribune.

Force est de constater que "beaucoup de nos sportifs -- objectivement les meilleurs du monde -- n'ont pas bénéficié d'une préparation correcte dès le début" de la compétition, affirme de son côté le quotidien Sovietski Sport.

"Au tir, en escrime et en haltérophilie, au moins trois médailles d'or ont été ratées dans chacune de ces disciplines, et on est passé à côté d'une autre médaille d'or en pentathlon samedi, ce qui fait déjà dix!", souligne le journal dans une tribune.

Si la Russie veut occuper la première place, "il faut d'urgence réformer la politique sportive" et se concentrer sur les disciplines qui rapportent des médailles, comme l'a fait la Grande-Bretagne, avec 29 médailles d'or au total, estime Sovetski Sport.

La Russie, qui se prépare à organiser les JO d'hiver de Sotchi en 2014, espérait renforcer son statut de grande puissance du sport acquise du temps de l'Union soviétique. Mais depuis l'effondrement de l'URSS en 1991, les résultats sont loin d'avoir été à la hauteur des ambitions russes.

bfi/nm/gd

PLUS:afp