NOUVELLES

Départ du président iranien pour un sommet islamique en Arabie saoudite

13/08/2012 02:03 EDT | Actualisé 12/10/2012 05:12 EDT

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a quitté lundi Téhéran pour l'Arabie Saoudite où il doit participer à un sommet extraordinaire de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) dominé par le conflit syrien, sur lequel Ryad et Téhéran s'opposent, selon l'agence Fars.

"Je me rend d'abord en pèlerinage à La Mecque et ensuite je vais participer au sommet extraordinaire de l'OCI" prévu dans cette ville mardi et mercredi, a déclaré M. Ahmadinejad.

Ce sommet doit être dominé par la crise syrienne, qui divise profondément les pays musulmans. L'Iran chiite affiche un soutien sans faille au régime syrien, alors que l'Arabie saoudite, sunnite, soutient les rebelles qui cherchent à renverser le président Bachar al-Assad.

Les relations sont également tendues entre Téhéran et Ryad après la décision des Saoudiens d'augmenter leur production de pétrole pour remplacer sur les marchés le pétrole iranien visé par des sanctions occidentales.

M. Ahmadinejad a été invité par le souverain saoudien Abdallah, dont le pays entretient des relations empreintes de méfiance avec l'Iran.

"Le monde est aujourd'hui dans une situation très sensible, différents groupes agissent et les ennemis mènent leurs actions et une grande partie de l'énergie des gouvernements et des groupes islamiques est consacrée à se disputer et à s'affronter", a déclaré le président iranien.

"J'espère que le sommet va se focaliser sur le renforcement de l'unité et l'affaiblissement des haines" parmi les pays musulmans, a-t-il dit.

"Différents pays ont différentes positions sur les évolutions dans le monde islamique (...) la nation iranienne a sa propre position et nous défendrons cette position lors du sommet", a-t-il dit, faisant allusion à la Syrie.

L'opposition syrienne et Washington accuse l'Iran de fournir armes et assistance militaire à Damas, tandis que Téhéran fait le même reproche aux pays occidentaux, à la Turquie, à l'Arabie Saoudite et au Qatar avec les rebelles.

Outre la crise syrienne, le sommet de l'OCI devrait aussi être l'occasion d'évoquer le processus de paix israélo-palestinien, actuellement dans l'impasse, et la situation de la minorité musulmane des Rohingyas en Birmanie.

Il s'agit du cinquième voyage du président Ahmadinejad en Arabie saoudite depuis sa première élection en 2005.

sgh/sbh

PLUS:afp