NOUVELLES

La mortalité due au diabète varie selon le revenu des malades

13/08/2012 04:31 EDT | Actualisé 13/10/2012 05:12 EDT
Alamy

TORONTO - Une nouvelle étude laisse entendre que les Ontariens à faible revenu et souffrant du diabète avaient 51 pour cent plus de risques de mourir que leurs concitoyens plus fortunés.

L'étude de l'Institute for Clinical Evaluative Sciences et de l'hôpital St.Michael de Toronto a permis de découvrir que pour les diabétiques ontariens âgés de moins de 65 ans, vivre dans une tranche socio-économique plus basse augmentait leurs risques de mourir.

La recherche a été menée en examinant les dossiers médicaux de plus de 600 000 Ontariens diabétiques sur une période de six ans.

Les résultats suggèrent que le statut socio-économique a une incidence sur la mortalité de même que sur les crises cardiaques non mortelles et les accidents vasculaires cérébraux chez les gens de 65 ans et moins, mais pas chez les personnes âgées.

Bien que des médicaments soient disponibles, leur coût a considérablement augmenté au cours des 10 dernières années, rendant plus difficile l'accès aux soins nécessaires pour les personnes à faible revenu.

Trois cent cinquante millions de personnes souffrent de diabète dans le monde, et ce nombre devrait grimper au cours des prochaines années.