NOUVELLES

Séismes dans le nord-ouest de l'Iran: au moins 250 morts et plus de 2600 blessés

12/08/2012 11:48 EDT | Actualisé 12/10/2012 05:12 EDT

TÉHÉRAN, Iran - Les deux violents tremblements de terre qui ont touché samedi le nord-ouest de l'Iran ont fait au moins 250 morts et plus de 2600 blessés, selon un nouveau bilan annoncé dimanche par la télévision d'Etat.

L'agence de presse semi-officielle Mehr, qui citait un responsable local, faisait de son côté état de 277 morts.

Dimanche après-midi, la télévision officielle a annoncé que les opérations de recherches de rescapés avaient cessé et que les autorités se concentraient sur l'aide aux personnes sans-abri et au déblayage des décombres. Selon les autorités, les recherches ont été relativement courtes car cette zone isolée est peu peuplée.

Les séismes ont touché les villes d'Ahar, Haris et Varzagan, dans la province de l'Azerbaïdjan oriental. La première secousse tellurique, d'une magnitude de 6,4 selon l'Institut géologique américain (USGS), s'est produite à 16h53 locale (12h23 gmt).

L'épicentre se trouvait entre les villes d'Ahar et Haris, à environ 500km au nord-ouest de la capitale Téhéran, a précisé le chef du comité de crise local, Khalil Saei, cité par la télévision.

Le deuxième tremblement de terre, d'une magnitude de 6,3 d'après l'USGS, a eu lieu onze minutes plus tard. L'épicentre se trouvait à 48 km au nord-est de la ville de Tabriz. Ce séisme, comme le précédent, est survenu à une faible profondeur (9,9 et 9,8 km). Trente-six répliques ont secoué la région et été ressenties jusqu'aux côtes de la mer Caspienne.

Au moins 20 villages ont été totalement rasés, selon la télévision d'Etat. Ahmad Reza Shajiei, un haut responsable gouvernemental chargé des opérations de secours, a précisé que plus de 5000 tentes avaient été installées pour accueillir plus de 16 000 personnes sans abri. Selon la télévision d'Etat, 44 000 colis alimentaires et des milliers de couvertures été distribuées dans les zones touchées.

Des milliers de personnes avaient passé une nuit dehors après les deux tremblements de terre, suivi par une trentaine de répliques. La télévision a diffusé des images de blessés sur des lits d'hôpitaux, ainsi que de dizaines de familles dormant à même le sol dans des parcs. Certains de ces réfugiés pleuraient, d'autres tremblaient de froid, dans cette région montagneuse, près de l'Azerbaïdjan voisin.

Plus de 1100 secouristes ont travaillé toute la nuit de samedi à dimanche pour extraire les victimes prisonnières des décombres et atteindre les villages touchés les plus isolés.

L'Iran se situe sur une zone sismique, le long de failles tectoniques. Le 26 décembre 2003, un tremblement de terre avait ravagé la ville de Bam dans le sud-est du pays, faisant 26 000 morts.

PLUS:pc