NOUVELLES

Québec solidaire prêt à revoir le salaire des médecins spécialistes

12/08/2012 02:15 EDT | Actualisé 12/10/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Québec solidaire propose d'augmenter l'enveloppe budgétaire consacrée aux omnipraticiens dans le réseau public de la santé, quitte à revoir le salaire des médecins spécialistes.

Le parti de gauche, qui présentait dimanche son plan en matières de santé dans la circonscription de Laurier-Dorion, à Montréal, a promis d'investir 200 millions $ dans cette mesure.

Son porte-parole Amir Khadir, lui-même médecin, propose de repartager les enveloppes budgétaires consacrées aux omnipraticiens et aux spécialistes. «Ça peut vouloir dire que certains radiologistes qui font jusqu'à 600 000 $ par année ne pourraient plus continuer à le faire», prévient-il.

Il pointe notamment du doigt l'ancien président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, le Dr Gaétan Barrette, aujourd'hui candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans Terrebonne, qu'il accuse d'être «parti avec la grosse cagnotte», soit 900 millions $, lors de la signature d'une entente avec le gouvernement Charest en septembre 2011.

Contrairement à la CAQ et au Parti québécois, Québec solidaire ne s'engage pas clairement à fournir un médecin de famille à chaque Québécois dans un délai déterminé. La formation politique désire néanmoins atteindre cet objectif en renforçant les services de première ligne comme les CLSC. Cette promesse est évaluée à 600 millions $.

Outre ces deux mesures, Québec solidaire souhaite aussi diminuer le temps d'attente dans les urgences hôpitaux. Pour ce faire, 300 millions $ seraient investis dans la création de guichets uniques régionaux pour les interventions non-urgentes, dans la prolongation des heures d'ouverture des salles d'opération et des plateaux de diagnostics jugés «sous-utilisés» et dans l'ajout de places dans les CHSLD.

«Dans certains hôpitaux comme dans le mien [Pierre-Le Gardeur, à Terrebonne], jusqu'à tout récemment, le tiers des lits étaient occupés par des patients chroniques, soutient M. Khadir. Pendant les six dernières années du règne des libéraux — comme ce fut le cas aussi à la fin des années 1990 avec les péquistes — on a coupé des centaines de lits partout dans la province et surtout, on a omis d'en construire des nouveaux. On se serait attendu à ce que nos gouvernements investissent plus dans les besoins des personnes âgées qui ont besoin de soins de longue durée que pour protéger les intérêts des compagnies pharmaceutiques.»

Le candidat de Québec solidaire dans Laurier-Dorion, Andrés Fontecilla, a également souligné l'importance d'autres facteurs pour un bonne santé comme le revenu, le logement, l'alimentation et l'éducation, faisant valoir que 40 pour cent des électeurs de sa circonscription gagnent moins de 18 000$ annuellement et que la fréquentation des comptoirs alimentaires ne cesse d'augmenter.

PLUS:pc