NOUVELLES

Le président du CNS réclame une zone de non-survol dans les régions frontalières

12/08/2012 03:22 EDT | Actualisé 12/10/2012 05:12 EDT

BEYROUTH - Le président du Conseil national syrien (CNS), principale organisation de l'opposition syrienne en exil, a appelé dimanche la communauté internationale à imposer une zone de non-survol au-dessus des zones frontalières syriennes pour protéger les populations civiles soumises à des attaques de plus en plus intenses des hélicoptères et avions de chasse du régime du président Bachar el-Assad.

"Il faut une protection spéciale", a dit Abdelbaset Sieda dans un entretien téléphonique avec l'agence Associated Press. "Le nombre de martyrs augmente et les destructions aussi. Si le pays continue ainsi, alors nous nous dirigeons vers une catastrophe".

L'opposition syrienne réclame depuis des mois une zone de non-survol en Syrie. Mais Abdelbaset Sieda a renouvelé cette demande au lendemain des déclarations de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui s'est entretenu avec les responsables turcs à Istanbul. Elle a précisé que Washington et Ankara avaient discuté d'une série de mesures possibles, y compris l'établissement d'une zone de non-survol sur certaines parties du territoire syrien.

PLUS:pc