NOUVELLES

JO-2012 - Athlétisme/Marathon- Déclaration

12/08/2012 10:10 EDT | Actualisé 12/10/2012 05:12 EDT

Stephen Kiprotich (UGA/vainqueur du marathon): "J'ai pris un bon départ, mais je ne pensais pas gagner. Mais à trois miles (5 km, NDLR) de l'arrivée, j'ai décidé d'attaquer. Quand j'étais jeune, les coureurs m'inspiraient. Il y a un temps pour tout, courir, s'entraîner et se reposer. L'Ouganda par rapport aux Kenya... on a besoin d'un ministre et d'une fédération qui nous soutiennent et nous donnent les moyens, ce n'est pas le cas en Ouganda. Aujourd'hui le temps était chaud et un peu humide. Cela a touché tout le monde, mais il fallait avancer. Quand j'ai franchi la ligne, je n'y croyais pas, mais maintenant c'est bon. Merci !"

Abel Kirui (KEN/2e du marathon): "Quand on l'a vu passé (Kiprotich), on s'est dit que qu'on savait qu'on irait jusqu'au sprint avec lui. Mais c'était très dur de contrôler la course, j'ai vraiment apprécié Kiprotich, car il a grandement participé à réduire l'écart avec Kipsang au début. Maintenant, je veux battre le record du monde et je participerai au marathon de Berlin en septembre. Ensuite, je reviendrai à Londres pour gagner le marathon, je ne l'ai pas pas encore gagné !"

Wilson Kipsang (KEN/3e du marathon): "Le meilleur athlète gagne toujours, je félicite mon ami Kiprotich. Nous ne nous sentons pas mal à cause du fait qu'il ait gagné, seul face à deux Kenyans. On se préparait pour l'or, mais le meilleur a gagné. Bolt, le plus grand athlète ? Pour arriver où il est maintenant, cela a pris du temps pour en arriver là. Il a dû gagner en confiance, il a dû défendre ses titres. Mais le marathon non, ce n'est pas facile. C'est pour ça qu'on a moins le temps de faire la fête. Des mauvais Jeux pour le Kenya ? Cette année, le niveau était vraiment relevé. La préparation a été dure et très bonne. Mais ça fait partie de la compétition de perdre. Aujourd'hui je gagne, demain je perds".

fbr/jr

PLUS:afp