NOUVELLES

Les Kényans veulent balayer le marathon masculin, courront pour Sammy Wanjiru

11/08/2012 11:27 EDT | Actualisé 11/10/2012 05:12 EDT

LONDRES - Les Kényans auront le coeur lourd en dépit du fait qu'ils soient les favoris pour le marathon olympique masculin qui se déroulera dans les rues de Londres.

Il y a quatre ans à Pékin, Sammy Wanjiru avait offert au pays africain sa première médaille d'or olympique en marathon. Il est toutefois mort l'an dernier après avoir chuté d'un balcon situé au deuxième étage d'un édifice durant une dispute conjugale. Ses compatriotes courront pour sa mémoire dimanche.

Et les attentes sont élevées à l'occasion de la dernière compétition d'athlétisme de ces Jeux olympiques. L'équipe kényane formée de Wilson Kipsang, Abel Kirui et Emmanuel Mutai pourrait très bien balayer le podium en marathon, une perspective qu'elle tente de minimiser.

«C'est un grand défi pour nous, a reconnu Mutai. Tout le monde (les Kényans) disait 'Vous, marathoniens, allez nous sauver parce que vous êtes les derniers à participer aux compétitions.' Ils nous mettent beaucoup de pression sur les épaules.»

Et avec raison.

Kipsang est l'une des principales têtes d'affiche de cet événement aujourd'hui, après avoir triomphé en avril au marathon de Londres. Mutai ne cesse de terminer parmi les premiers et Kirui est le double champion du monde en titre.

Pas mauvais comme équipe pour affronter celle de l'Éthiopie, qui devrait se battre pour l'or également.

«Je sais que nous avons deux choses à faire ici à Londres. D'abord, nous devons défendre avec succès le titre de Samuel Wanjiru, a expliqué Mutai. Ensuite, c'est pour notre gloire personnelle. Je veux personnellement m'assurer d'offrir une bonne performance. Si je gagne la médaille d'or, ce sera un exploit. Mais la chose la plus importante, c'est de conserver notre titre olympique.»

Wanjiru dominait la distance au moment de son décès. L'athlète de 24 ans avait remporté le marathon de Londres en 2009, ainsi que ceux de Chicago en 2009 et 2010.

La mémoire de Wanjiru étant bien vivante dans leur esprit, les Kényans tenteront donc de conserver leur médaille d'or en marathon masculin.

«Gagner l'or, c'est l'essentiel», a confié Mutai.

Contrairement aux autres Jeux olympiques, il n'y aura pas le rugissement de la foule tandis que les marathoniens entreront dans le Stade olympique. La raison est fort simple, c'est parce que le fil d'arrivée sera situé à des kilomètres de là — après un parcours touristique de Londres se déroulant à proximité de 'Big Ben', de la cathédrale St. Paul's, du pont de Londres et de la tour de Londres —, tout juste à côté du palais de Buckingham.

PLUS:pc