NOUVELLES

Combats à Alep et Damas

11/08/2012 03:18 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

Les combats faisaient rage samedi à Alep (nord) où les rebelles ont affirmé avoir repris des positions à l'armée syrienne dans le quartier emblématique de Salaheddine.

Dans le même temps, de violents accrochages entre soldats et rebelles avaient lieu dans le quartier Tadamoun à Damas et des tirs et des explosions étaient entendus dans d'autres secteurs de la capitale, ont indiqué une ONG et des militants.

La télévision a fait de son côté état de deux explosions dans le centre de la capitale.

Dans le premier cas, la télévision a accusé un "groupe terroriste", expression désignant les rebelles, d'avoir fait sauter un engin explosif à Marjé, puis d'avoir tiré à l'aveugle. Un deuxième engin a explosé près du stade Techrine.

"L'Armée syrienne libre (ASL, rebelles) a réussi à reprendre quelques positions stratégiques" dans le principal bastion rebelle de Salaheddine, a déclaré Abdel Qader Saleh, un commandant de l'ASL, formée de déserteurs et de civils ayant pris les armes.

"Les combats sont violents et ne se sont pas arrêtés depuis 24 heures. Plusieurs secteurs d'Alep sont soumis à un pilonnage", a ajouté ce chef des opérations du bataillon "Tawhid" dans la région d'Alep.

Les rebelles avaient dit avoir opéré un repli "tactique" de Salaheddine face à l'avancée des troupes régulières, alors que les autorités avaient annoncé la reprise totale du quartier.

Selon l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme (OSDH), l'armée semblait préparer une "vaste opération" contre le quartier d'al-Soukkari (sud), un autre bastion des rebelles à Alep, soumis samedi matin à un pilonage intense.

A Damas, les combats se déroulaient à Tadamoun (sud), quartier dont l'armée avait annoncé la reprise le 4 août, ont précisé l'OSDH et les Comités locaux de coordination (LCC), un réseau de militants sur le terrain.

Des tirs et des explosions étaient en outre entendus dans le quartier de Qaboun, a précisé l'OSDH.

Des militants ont fait aussi état de tirs d'armes automatiques dans le quartier de Joubeïr (est de Damas) où des roquettes sont tombées.

L'armée syrienne a annoncé début août avoir repris le contrôle entier de la capitale après de violents combats avec l'ASL.

Dans la province de Damas, l'armée a pilonné Deir al-Assafir où trois personnes ont été tuées, de même que les localités de Harasta et d'Al-Tall où des civils ont commencé à fuir, selon l'OSDH qui a fait également état de la mort de deux personnes dans la chute d'une roquette à Al-Ghouta.

Ces violences interviennent au lendemain d'une nouvelle journée sanglante en Syrie durant laquelle au moins 187 personnes ont été tuées (111 civils, 52 soldats, 24 rebelles).

rd-ao/tp/cnp/sbh

PLUS:afp