NOUVELLES

Une visite de Ban Ki-moon en Iran serait "une grosse erreur" dit Netanyahu

10/08/2012 12:11 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé vendredi au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de ne pas se rendre en Iran pour un sommet des pays non-alignés prévu à la fin du mois, estimant que cette visite serait "une grosse erreur".

Lors d'un entretien téléphonique avec M. Ban, "le Premier ministre (...) a dit qu'il ne voyait aucune raison à sa visite dans un pays où les dirigeants sont antisémites et ont pour objectif de détruire Israël", selon un communiqué du bureau de M. Netanyahu.

L'agence officielle iranienne IRNA a rapporté dimanche que M. Ban avait accepté une invitation à se rendre au sommet du Mouvement des non-alignés, organisé les 30 et 31 août à Téhéran. L'ONU n'a pas confirmé ni démenti cette information.

"Même si cela n'est pas votre intention, votre visite en Iran donnera de la légitimité à un régime qui constitue la plus grande menace pour la paix et la sécurité dans le monde", a estimé M. Netanyahu.

"Il est non seulement une menace pour les pays du Moyen-Orient, mais aussi le plus grand exportateur de terrorisme dans le monde", selon le Premier ministre, cité par le communiqué.

Créé à l'époque de la guerre froide, le Mouvement des non-alignés compte 120 pays considérant ne faire partie d'aucun grand bloc ou alliance militaire.

La Russie et la Turquie, qui ne font pas partie des non-alignés, ont aussi été invitées, mais n'ont pour le moment pas confirmé officiellement leur présence, selon l'agence iranienne.

L'Iran est dans le collimateur des Etats-Unis et des pays européens pour son programme nucléaire controversé et son soutien au régime syrien du président Bachar al-Assad.

Une réunion des non-alignés sur la Palestine qui devait se tenir dimanche dernier à Ramallah (Cisjordanie), avait été annulée après la décision d'Israël d'interdire l'accès du territoire à quatre ministres dont les pays (Malaisie, Indonésie, Bangladesh, Cuba) "ne reconnaissent pas" l'Etat hébreu.

scw/sb/cnp

PLUS:afp