NOUVELLES

RDCongo: le Conseil de sécurité de l'ONU sceptique sur une force neutre (ambassadeur français)

10/08/2012 05:34 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

L'idée de créer une "force neutre" pour chasser les groupes armés de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) suscite interrogations et scepticisme au Conseil de sécurité, a déclaré vendredi l'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud.

"La proposition d'une force neutre a suscité beaucoup de scepticisme au Conseil", a indiqué à la presse M. Araud.

Selon l'ambassadeur français, qui préside le Conseil en août, les pays membres estiment que la priorité n'est "pas de rendre étanche la frontière entre RDC et Rwanda mais de parvenir à un accord politique" pour régler cette crise.

Si on crée cette "force neutre" de toutes pièces, a-t-il expliqué, cela "prendra des mois et coûtera très cher". Mais si on se sert d'éléments de la mission de l'ONU en RDC (Monusco), celle-ci "verra sa capacité à protéger les civils diminuée de manière dramatique".

M. Araud a appelé une nouvelle fois les rebelles du M23 à cesser les combats et "toutes les parties, y compris les acteurs extérieurs, à trouver un accord pour mettre fin aux souffrances" de la population.

Le gouvernement de la RDC refuse de négocier avec les mutins du M23 qui combattent depuis avril son armée dans l'est du pays. Les pays des Grands Lacs ont débattu mercredi à Kampala de la composition et de la taille de l'éventuelle "force neutre" mais sans beaucoup progresser.

Le M23 (Mouvement du 23 mars) est essentiellement composé d'ex-rebelles congolais du Congrès national pour la défense du Peuple (CNDP), intégrés à l'armée de la RDC après un accord avec Kinshasa et qui se sont mutinés en avril dans le Nord-Kivu. Kinshasa accuse le Rwanda de soutenir le M23, ce que Kigali dément.

avz/mdm

PLUS:afp