NOUVELLES

Quatre morts dans des attaques en Irak

10/08/2012 05:39 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

Quatre personnes, dont un agent anti-corruption, ont péri mardi dans des attentats en Irak, ont rapporté des sources médicales et de sécurité.

Dans la province de Mossoul (nord), des assaillants ont abattu Iyad Hussein Ahmed, enquêteur de la Commission d'intégrité, l'organe irakien de lutte contre la corruption, selon un communiqué de la commission et le docteur Mahmoud Haddad du principal hôpital de la ville.

M. Ahmed a été tué devant sa maison alors qu'il s'apprêtait à rejoindre son lieu de travail, précise le communiqué. Le docteur Haddad a ajouté qu'il présentait plusieurs blessures par balle.

Toujours à Mossoul, un civil a été tué par des hommes armés devant chez lui mardi matin, selon le docteur Haddad et un responsable de la sécurité qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat. Aucun n'a précisé pourquoi cet homme était visé.

Dans la province de Diyala, l'une des régions les plus touchées par les violences, une bombe a explosé au domicile d'un soldat irakien, tuant son fils de 15 ans et blessant sa femme et un autre de ses fils, à Baladruz, à 75 kilomètres au nord-est de Bagdad, ont rapporté un colonel de police et le docteur Ahmed Ibrahim du principal hôpital de la capitale régionale Baqouba.

A Baiji, 200 km au nord de Bagdad, un policier a été tué et six personnes blessées dans l'explosion d'une voiture piégée, selon des sources policière et médicale.

Ces nouvelles violences portent à 132 le nombre des personnes tuées en août en Irak, dont 61 membres des forces de sécurité, selon un décompte de l'AFP reposant sur des bilans de sources médicales et de sécurité.

Si les violences ont considérablement diminué par rapport aux sanglantes années 2006-2007, elles restent encore très fréquentes en Irak.

En juillet, 325 personnes ont été tuées dans le pays, d'après les autorités, soit le mois le plus sanglant depuis août 2010.

bur/psr/wd/sbh/hj/cnp

PLUS:afp