NOUVELLES

Oak Creek: un "acte de terrorisme" pour le ministre américain de la Justice

10/08/2012 03:25 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

Le ministre américain de la Justice a qualifié vendredi "d'acte de terrorisme" la tuerie survenue dimanche dans un temple sikh d'Oak Creek, invitant lors d'une cérémonie en souvenir des victimes à s'interroger sur la nécessité de modifier certaines lois du pays.

Eric Holder participait dans un gymnase d'Oak Creek à une cérémonie en mémoire des six fidèles sikhs tués dimanche par ancien soldat néonazi, qui s'est donné lui-même la mort après avoir été blessé par les forces de l'ordre.

"Nous devrions raisonnablement discuter pour savoir s'il faut changer nos lois, et nous devrions certainement débattre de la manière dont nous pourrions changer les coeurs remplis de haine pour qu'un acte aussi ignoble (...) ne puisse jamais arriver", a ajouté le ministre.

"Notre détermination à empêcher les actes de terrorisme et à combattre les crimes motivés par la haine n'a jamais été si forte", a-t-il souligné devant plusieurs milliers de fidèles sikhs coiffés de turbans notamment oranges et blancs.

"Et c'est exactement ce qui est arrivé ici: un acte de terrorisme, un acte de haine, un crime qui semble une abomination par rapport aux principes fondateurs de notre nation", a poursuivi le ministre.

Le drame survenu à Oak Creek le 5 août avait été précédé le 20 juillet par une fusillade à Aurora dans le Colorado (ouest), qui avait fait 12 morts et 58 blessés lors de la première du film "Batman". Dans les deux cas, les forcenés avaient acheté légalement les armes qu'ils ont utilisées pour commettre leurs crimes.

La Maison Blanche avait estimé que le drame d'Oak Creek n'allait pas pousser l'administration à prendre de nouvelles mesures pour le contrôle des armes, mais Barack Obama avait appelé ses concitoyens à un "examen de conscience" qui permettrait de trouver "d'autres moyens pour réduire la violence".

Mercredi, la police fédérale (FBI) avait annoncé que l'auteur de la fusillade, le néonazi Wade Michael Page, était mort après s'être tiré une balle dans la tête.

Les enquêteurs cherchent toujours le motif de l'attaque mortelle, privilégiant les liens qu'entretenait le tueur avec des groupes racistes prônant la suprématie des Blancs.

are/mdm

PLUS:afp