NOUVELLES

L'armée israélienne accusée de traquer les migrants dans le Sinaï égyptien

10/08/2012 05:24 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - L'armée israélienne envoie des soldats dans le Sinaï égyptien pour intercepter les migrants africains illégaux avant qu'ils n'arrivent en Israël et les remettent aux forces de sécurité égyptiennes, accusent des organisations de défense des droits de la personne dans un rapport publié vendredi.

Le gouvernement israélien s'inquiète du nombre croissant de migrants africains qui traversent la frontière poreuse entre l'Égypte et Israël. La plupart viennent du Soudan, du Soudan du Sud et d'Érythrée. Environ 60 000 migrants africains sont déjà présents en Israël, et certains Israéliens craignent que cet afflux ne menace l'identité juive du pays.

Un haut responsable militaire égyptien dans le Sinaï a nié que des soldats israéliens soient entrés en Égypte pour traquer les migrants. Ce responsable a réclamé l'anonymat parce qu'il n'était pas autorisé à s'adresser à la presse.

Le bureau du porte-parole de l'armée israélienne a refusé de confirmer ou d'infirmer l'information, conformément à la politique militaire.

Les organisations à l'origine du rapport affirment que les censeurs militaires israéliens ont interdit aux journalistes israéliens de publier des reportages à ce sujet.

Le rapport, publié par Amnistie internationale et plusieurs organisations israéliennes, affirme que des soldats israéliens sont entrés à plusieurs centaines de mètres en territoire égyptien pour attraper les migrants clandestins et les remettre à la police égyptienne.

Le rapport cite un soldat israélien et plusieurs migrants dont les proches ont été arrêtés par les forces israéliennes en territoire égyptien.

Les organisations demandent au gouvernement israélien de cesser cette pratique, qui vise selon elles à empêcher les migrants d'entrer en Israël, où les autorités seraient obligées d'étudier leurs demandes d'asile. Elles rappellent que le fait de rapatrier des demandeurs d'asile qui pourraient être en danger dans leur pays constitue une violation du droit international.

La publication du rapport coïncide avec une baisse marquée du nombre de migrants qui franchissent la frontière israélienne. En juillet, le gouvernement israélien a recensé 248 nouvelles arrivées, la moitié de la moyenne habituelle. Selon des journaux égyptiens cités par le rapport, 514 migrants ont été interceptés dans le Sinaï en juillet, soit beaucoup plus que d'habitude.

PLUS:pc