NOUVELLES

La Nasa résoud le mystère d'une photo prise sur Mars par le robot Curiosity

10/08/2012 04:18 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

La Nasa a identifié la tache mystérieuse qui apparaissait sur une photo envoyée par le robot Curiosity juste après son atterrissage sur Mars, concluant qu'il s'agissait, --"merveilleuse coïncidence"--, de l'impact au sol de son vaisseau transporteur.

La photo faisait depuis lundi les gorges chaudes des scientifiques et des passionnés d'astronomie et commençait aussi à susciter des spéculations farfelues.

Tous s'interrogeaient sur la petite tache, semblable à un nuage de poussière, qui apparaissait à l'horizon d'une photo envoyée par Curiosity immédiatement après son atterrissage sur Mars, lundi à 05H31 GMT.

Vendredi, lors d'une conférence de presse au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa à Pasadena (Californie), qui pilote la mission, Steve Sell a assuré que ce nuage n'était pas une tache sur l'objectif de la caméra, ni un tourbillon de poussière, comme l'avançaient certains observateurs, mais l'impact au sol de la "grue" porteuse qui venait de déposer Curiosity sur Mars.

"Nous avons deux photos de deux caméras différentes dans lesquelles le nuage apparaît, qui ont été prises environ 40 secondes après l'atterrissage", a expliqué à l'AFP Steve Sell, l'un des responsable de l'équipe EDL ("Entry, Descent, Landing": l'entrée dans l'atmosphère, la descente et l'atterrissage de Curiosity), en marge de la conférence de presse.

"Et dans chacune des caméras, 40 minutes plus tard, la tache n'est plus là", ajoute-t-il, précisant que les deux caméras pointaient dans "l'exacte direction" du point de chute du vaisseau transporteur, repéré grâce à des photos prise par les satellites américains en orbite autour de Mars.

Sachant que les ingénieurs de la Nasa n'avaient aucun moyen de prévoir le lieu exact, ni l'axe dans lequel allait se poser le robot, avoir une photo de l'impact de la grue est "une merveilleuse coïncidence", a assuré M. Sell.

La grue du vaisseau transporteur, équipée de rétrofusées, a eu la lourde tâche de déposer délicatement Curiosity sur le sol martien, à l'aide de longs câbles en nylon. Elle s'est détachée du robot dès sa mission accomplie, pour aller s'écraser à bonne distance. "Elle a heurté le sol assez fort, à une vitesse de 160 km/h", a précise M. Sell.

La photo en soi n'a pas de grande valeur scientifique, a reconnu M. Sell, mais elle reste "intéressante pour les ingénieurs". Elle prouve en outre que "nos projections (sur l'éjection du vaisseau transporteur) étaient correctes et que nous avions bien bossé sur nos modèles", a-t-il déclaré.

Vendredi, les responsables de l'équipe EDL ont fait le point sur l'analyse des données envoyées à ce jour par Curiosity sur ses dernières minutes de vol.

Ils ont ainsi pu préciser l'heure exacte de l'atterrissage, à 05H31 GMT (et non 05H32 comme annoncé juste après l'arrivée du robot) et le lieu.

Curiosity a atterri à "2,25 km du lieu prévu, un peu à l'est, ce qui est finalement très proche", a déclaré à l'AFP Gavin Mendeck, l'un des responsables d'EDL.

L'équipe EDL travaille pour l'instant sur un petit mégaoctet de données envoyées par le robot, mais devrait à terme récupérer 100 mégaoctets, "un trésor", pour M. Mendeck. "Quand nous aurons reçu les données, dans deux semaines environ, il nous faudra des mois pour les étudier".

Curiosity s'est posé lundi sur Mars avec succès, après plus de huit mois de voyage dans l'espace. Pendant sa mission de deux ans minimum, le robot aura pour tâche de trouver d'éventuelles traces de vie passée sur la planète rouge.

Une mission qu'il accomplira avec deux ordinateurs aux processeurs moins puissants que celui d'un téléphone multifonctions basique, a précisé Ben Cichy, responsable des logiciels au JPL.

rr/are

PLUS:afp