NOUVELLES

JO-2012/Basket messieurs - L'Espagne arrache une nouvelle finale

10/08/2012 03:38 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

L'Espagne, médaillée d'argent aux JO-2008, s'est encore qualifiée pour la finale du tournoi de basket-ball des jeux Olympiques grâce à une victoire arrachée de haute lutte à la Russie (67-59), vendredi à Londres.

Les Espagnols rencontreront dimanche (14h00 GMT) les Etats-Unis ou l'Argentine pour tenter de remporter la première médaille d'or de leur histoire alors que les Russes se battront pour la médaille de bronze (10h00 GMT), qui serait leur première distinction olympique depuis l'or de l'Union soviétique en 1988.

L'Espagne, même si cette version 2012 paraît moins souveraine que ses devancières, a atteint sa sixième finale sur ses sept dernières compétitions internationales, depuis le Mondial-2006. Presque aussi impressionnant que la "Roja" du football, championne du monde et d'Europe.

Sous les yeux de la Reine Sofia et du prince Felipe, héritier de la couronne espagnole, les coéquipiers de Pau Gasol (16 points, 12 rebonds) ont livré une prestation contrastée, comme contre la France en quarts de finale, mais ont su se remettre dans le droit chemin après une entame délicate.

D'après le sélectionneur Sergio Scariolo, les pépins physiques de certains joueurs clés, comme Juan Carlos Navarro (1 point, 1 passe à la mi-temps, premier panier marqué à la 26e minute), pèsent sur la confiance de l'équipe.

"Cette finale a encore plus valeur que les autres car nous n'avons jamais été à 100% et avons dû surmonter beaucoup d'obstacles pour en arriver là, a-t-il dit. Mentalement, je n'ai aucun doute que nous serons bien présents en finale. Mais physiquement, on verra où nous en sommes."

Après avoir shooté à 21% de réussite avant la mi-temps (6 sur 29), les Espagnols sont revenus des vestiaires pour marquer à plus de 50% ensuite (15/27), boucher un retard de 11 points et prendre le large grâce à la palette offensive de Pau Gasol (panier trois points et claquette smash en moins d'une minute pour mettre l'Espagne à 43-44) et aux coups de baguettes magiques de José Calderon (quatre paniers à trois points pour 14 points).

La Roja a aussi joué au rouleau-compresseur défensif face à des Russes aux abois (10 pertes de balle après la mi-temps), qui n'ont pas pu compter sur leur leader Andrei Kirilenko (10 points à 17% de réussite, 50% aux lancers francs), blessé à une cuisse. "Je ne sais pas s'il pourra jouer le prochain match", a indiqué le sélectionneur américain de la Russie David Blatt.

bpe/jmt

PLUS:afp