NOUVELLES

JO-2012 - Rudisha et la nouvelle frontière

10/08/2012 10:57 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

La barrière des 100 secondes est la nouvelle frontière du Kényan David Rudisha, qui a ébloui le monde jeudi en remportant le 800 m aux jeux Olympiques de Londres, avec un nouveau record planétaire en solitaire pour le premier homme sous 1 min 41 sec (1:40.91).

Rudisha détenait l'ancienne marque en 1 min 41 sec 01, établie à Rieti (Italie) le 29 août 2010, une semaine après qu'il eut dépossédé du record (1.41.09 contre 1:41.11) Wilson Kipketer, son ex-compatriote devenu danois.

En ces deux occasions, Rudisha avait été piloté par son lièvre attitré, Sammy Tangui. A Londres, il a été son propre +pacemaker+.

Spectateur intéressé -il fut détenteur de la marque pendant 16 ans, de 1981 à 1997, en 1 min 41 sec 73-, Sebastian Coe, président du Comité d'organisation des J0-2012, a apprécié.

"C'est une des plus grandes performances de l'histoire des Jeux. Il fallait beaucoup d'assurance, physique et mentale, pour courir ainsi dans une finale olympique", a déclaré Lord Coe.

Le physique et le mental, la vitesse et la résistance. C'est sur ces crêtes escarpées que le double tour de piste a écrit son histoire depuis que l'Allemand Rudolf Harbig, mort sur le front ukrainien en 1944, avait porté le record à 1 min 46 sec 6/10e en 1939. Déjà une révolution pour l'époque et les pistes en cendrée.

Synthèse

--------

Coe possédait le fond d'un miler, d'ailleurs double champion olympique du 1500 m (1980/1984) et seulement en argent sur 800 m les mêmes années. Auteur du doublé inédit 400/800 m aux Jeux de Montréal, en 1976, le Cubain Alberto Juantorena était un coureur de 400 m (44.26 pour l'or olympique), là où Coe plafonnait à 46 sec 5.

Avec sa foulée ample et puissante, Rudisha le magnifique (1,89 m) est une synthèse de ses deux illustres prédécesseurs. Crédité en début de saison de 45 sec 50 sur 400 m, le Masai de 23 ans vaut plus probablement 45 secondes, et il est en outre résistant à la vitesse prolongée.

A Londres, Rudisha a franchi la mi-course en 49 sec 28. Plus dans son tempo de Berlin (49.1) que de celui de Rieti (48.5).

"Dans mes rêves d'athlète, j'avais pensé faire 1 min 40 sec en faisant 49 sec + 51 sec. Alors, pourquoi pas moins de 1 min 40 sec", explique José Marajo, ex-détenteur du record de France (1:43.9).

Pour Bruno Gajer, entraîneur national français, le 800 m est une course de "chevaliers des temps modernes". "L'organisme humain n'a pas les capacités naturelles pour tenir ces vitesses. On ne peut pas s'asseoir sur le seul talent, ça demande beaucoup de travail. Le talent permet seulement d'aller travailler dans des vitesses haut de gamme", dit-il.

Pour Kipkter, le moins de 100 secondes, soit une moyenne de 8 m/s, "c'est pour bientôt et ce sera Rudisha".

"Personne ne connaît le secret du 800 m", conclut Coe.

asc/sg

PLUS:afp