NOUVELLES

Des centaines de personnes pleurent les victimes du temple sikh au Wisconsin

10/08/2012 06:24 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

OAK CREEK, États-Unis - Des centaines de personnes se sont rassemblées dans une école secondaire du Wisconsin, vendredi, pour rendre un dernier hommage aux six fidèles d'un temple sikh tués par un suprémaciste blanc le week-end dernier.

Les participants, qui avaient la tête couverte conformément à la tradition sikhe, ont accueilli les proches des victimes dans le gymnase de l'école secondaire d'Oak Creek. Des fleurs ornaient les six cercueils ouverts, tandis que des photos des personnes tuées et blessées dans la fusillade étaient diffusées sur un écran géant.

Des chanteurs sikhs ont entonné des hymnes en panjabi, un dialecte indien. L'un des chanteurs s'arrêtait à l'occasion pour traduire les paroles en anglais.

Le ministre américain de la Justice, Eric Holder, a salué la communauté sikhe pour avoir réagi sans violence à la tuerie. Le gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, était également présent, de même que des dizaines de policiers.

Des représentants de la communauté sikhe canadienne avaient aussi fait le déplacement pour l'occasion. Jagmeet Singh, un député provincial de l'Ontario, était notamment présent. Il a affirmé que plusieurs jeunes sikhs canadiens avaient participé aux funérailles en signe de solidarité.

Un ancien membre de l'armée américaine, Wade Michael Page, a ouvert le feu dimanche dans le temple sikh d'Oak Creek, peu avant le début du service religieux. Les enquêteurs fédéraux n'ont pas encore réussi à déterminer ce qui l'a poussé à commettre ce geste dans un lieu de culte avec lequel il n'avait pas de lien connu.

L'assaillant a tué cinq hommes et une femme, en plus de blesser deux autres hommes. Selon les autorités, il a ensuite pris en embuscade le premier policier arrivé sur les lieux, lui tirant dessus à neuf reprises. Un deuxième policier est arrivé et a tiré sur le suspect, qui s'est ensuite suicidé en se tirant une balle dans la tête.

Selon le Southern Poverty Law Center, une organisation qui défend les droits civils aux États-Unis, Wade Michael Page était un «néo-nazi frustré» actif sur la scène musicale suprémaciste blanche. Il a notamment joué dans des groupes appelés «Definite Hate» et «End Apathy».

Les violences contre la communauté sikhe sont trop fréquentes, a déclaré le ministre Eric Holder vendredi. «C'est mauvais, c'est inacceptable et cela ne sera pas toléré», a-t-il dit.

Le gouverneur Scott Walker a déclaré que la communauté sikhe avait montré que la meilleure façon de répondre à la haine est de faire preuve d'amour. «Aujourd'hui, nous pleurons avec vous, nous prions avec vous et nous vous soutenons», a dit M. Walker.

Les membres de la communauté sont ensuite retournés dans le temple, où des leaders religieux vont lire le livre saint des Sikhs du début à la fin, dans le cadre d'un rite traditionnel en mémoire des défunts. Le rite dure 48 heures.

«Nous voulons rendre hommage aux esprits qui sont toujours ici», a expliqué le neveu de l'une des victimes, Harpreet Singh.

PLUS:pc