NOUVELLES

Chine: Gu Kailai a avoué le meurtre de Neil Heywood, selon Chine nouvelle

10/08/2012 01:15 EDT | Actualisé 10/10/2012 05:12 EDT

HEIFEI, Chine - La femme du politicien chinois déchu accusée du meurtre d'un homme d'affaires britannique a reconnu, lors de son procès, avoir tué Neil Heywood et a présenté ses excuses pour la «tragédie» dont elle est responsable, rapporte vendredi l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

Gu Kailai a comparu jeudi pour le meurtre par empoisonnement du Britannique Neil Heywood, aux côtés de l'un de ses employés de maison, Zhang Xiaojun.

Au lendemain du procès, Chine nouvelle a publié sa dépêche la plus détaillée à ce jour sur l'affaire, rapportant que Gu Kailai avait reconnu les faits. Selon l'agence officielle, elle a déclaré: «La tragédie qui a été provoquée par moi n'a pas seulement touché Neil, mais aussi plusieurs familles».

Zhang Xiaojun a également reconnu les faits et demandé «pardon» aux proches de Neil Heywood, selon Chine nouvelle.

L'agence chinoise a également rapporté que Gu Kailai souffrait de dépression et était dépendante aux médicaments lors des faits, mais qu'elle était consciente de ce qu'elle faisait.

Le directeur adjoint du Tribunal intermédiaire du peuple de Heifei, dans la province d'Anhui, dans l'est de la Chine, avait rapporté que l'avocat de l'accusée avait affirmé qu'elle n'avait pas totalement le contrôle de ses actes.

La date du verdict doit être annoncée ultérieurement, a précisé le directeur adjoint, Tang Yigan, lors d'une conférence de presse à l'issue de ce procès d'une journée. Gu Kailai et Zhang Xiaojun devraient être reconnus coupables de meurtre, ce qui les expose à une peine allant de dix ans de prison à la perpétuité, voire à la peine de mort.

Deux diplomates britanniques ont été autorisés à assister au procès grâce à un accord avec la Chine, en raison de la nationalité de la victime. La presse internationale, en revanche, n'a pas été autorisée à y assister.

Vendredi, quatre anciens responsables de la police de Chongqing ont été jugés par le même tribunal, pour avoir couvert Gu Kailai après le meurtre.

L'affaire du meurtre de Neil Heywood, un proche de la famille de Bo Xilai, a secoué le monde politique chinois à l'approche du renouvellement d'une partie de l'équipe dirigeante, cet automne.

Bo Xilai, 64 ans, a été suspendu du puissant Bureau politique du Parti communiste chinois il y a plus de trois mois, officiellement pour violations de la discipline. Son exclusion et l'enquête dont a fait l'objet sa famille représentent le plus gros scandale public des 20 dernières années pour la direction du parti.

Avant sa chute, Bo Xilai était l'un des hommes politiques les plus puissants et les plus charismatiques du pays. Fils d'un éminent vétéran de la révolution et secrétaire du parti dans la zone métropolitaine de Chongqing, il était pressenti pour obtenir un siège au comité permanent du Bureau politique du parti, un poste de premier plan.

PLUS:pc