NOUVELLES

Tunisie: les troubles depuis la chute de Ben Ali

09/08/2012 09:57 EDT | Actualisé 09/10/2012 05:12 EDT

Principaux troubles en Tunisie depuis la chute de Zine El Abidine Ben Ali, en janvier 2011.

--2011--

- 14 jan: Zine El Abidine Ben Ali fuit son pays pour l'Arabie saoudite, après 23 ans de règne sans partage: premier dirigeant d'un pays arabe à quitter le pouvoir sous la pression de la rue. Il a été chassé par une révolte populaire, après l'immolation par le feu à la mi-décembre d'un jeune marchand de Sidi Bouzid (centre-ouest), excédé par des humiliations policières répétées.

- 25 fév: 100.000 manifestants à Tunis contre le gouvernement. Heurts avec les policiers, des commissariats incendiés et saccagés.

- 6 sept: Le gouvernement annonce une stricte application de l'état d'urgence, alors que des éruptions de violences secouent le pays.

- 23 oct: Les islamistes d'Ennahda remportent 89 des 217 sièges de l'Assemblée constituante: première élection libre de l'histoire du pays. Les 27-28, violences post-électorales à Sidi Bouzid.

--2012--

- 17 mars: Un jeune originaire d'une cité défavorisée de Tunis s'immole par le feu. Plusieurs immolations ou tentatives ont eu lieu en 2011.

- 9 avr: Des centaines de manifestants qui tentent de défiler sur l'avenue Bourguiba, à Tunis, sont violemment dispersés et pourchassés par les policiers. Le 7, plusieurs blessés lors d'une manifestation de diplômés chômeurs.

- 14 avr: Début d'affrontements dans une localité du bassin minier (sud-ouest), où la police tire des grenades lacrymogènes pour disperser des chômeurs. Le 30 avril, deux jeunes chômeurs de cette région tentent de se donner la mort et des centaines de personnes manifestent à Tunis contre le chômage et la précarité. Le 24 mai, une manifestation pour l'emploi au Kef (nord-ouest) dégénère en affrontements avec les forces de l'ordre (au moins 15 blessés).

- 11-12 juin: Attaques dans plusieurs villes (un mort et une centaine de blessés) par des groupes mêlant membres de la mouvance salafiste et casseurs. Les violences ont débuté peu après le saccage par des salafistes présumés d'une exposition à La Marsa (banlieue nord de Tunis) dont plusieurs oeuvres ont été jugées offensantes pour l'islam.

- 26 juil: Tirs de sommation et de gaz lacrymogènes de la police pour disperser des dizaines de manifestants à Sidi Bouzid qui attaquent le gouvernorat pour protester contre des retards de versement de salaires.

- 5 août: La police frappe plusieurs protestataires à l'aide de matraques pour disperser une manifestation de l'opposition interdite dans le centre de Tunis.

- 9 août: La police disperse en tirant des balles en caoutchouc une manifestation d'opposition à Sidi-Bouzid. L'opposition et la société civile multiplient les critiques contre le gouvernement, l'accusant d'une dérive autoritaire et islamiste.

acm/bc/alf/vl

PLUS:afp