NOUVELLES

Nigeria: brutalités policières après le massacre de chrétiens à Okene (habitants)

09/08/2012 07:33 EDT | Actualisé 09/10/2012 05:12 EDT

Les policiers recherchant les auteurs d'un massacre de 19 chrétiens - dont sont soupçonnés des islamistes - se sont livrés à des brutalités dans la ville d'Okene (centre du Nigeria), ont indiqué des habitants jeudi.

Simon Ile, porte-parole de la police de l'Etat de Kogi, où a eu lieu le massacre de lundi dans un temple évangélique, a démenti ces accusations, en ajoutant: "les policiers recherchent des criminels, il n'y a pas de quoi s'inquiéter".

Mais plusieurs habitants d'Okene ont affirmé à l'AFP que les policiers avaient "frappé les résidents et procédé à des arrestations". Beaucoup ont fui, selon l'un d'eux

"Des policiers sont entrés chez moi et comme je ne pouvais partir à cause d'une fracture à la jambe, ils m'ont fouetté", a dit un habitant.

Les autorités ont instauré mercredi un couvre-feu nocturne dans la ville.

Des hommes armés avaient ouvert le feu lors d'un office dans un temple évangélique après y avoir coupé l'électricité, tuant le pasteur et dix-huit fidèles dans la nuit de lundi à mardi. Le lendemain des assaillants ont tiré sur une patrouille militaire dans la principale rue commerçante d'Okene. Deux soldats et deux attaquants sont morts dans l'affrontement, a indiqué le porte-parole de la police de l'Etat de Kogi, Simon Ile.

Le mouvement islamiste Boko Haram s'est lancé dans une campagne violente en 2009 ciblant surtout les forces de polices et les lieux de culte chrétiens.

Depuis 2010, Boko Haram a causé la mort de plus de 1.400 personnes dans des attentats frappant le nord et le centre du Nigeria, selon un nouveau bilan de Human Rights Watch (HRW) publié mercredi.

Mais HRW a aussi dénoncé dans son rapport les exactions dues aux forces de l'ordre qui ont, dit-elle, exacerbé les tensions entre communautés.

Ces questions seront abordées dès jeudi par la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui est attendue dans l'après-midi à Abuja, la capitale fédérale, venant d'Afrique du Sud.

Pays le plus peuplé et premier producteur de brut d'Afrique, le Nigeria est divisé entre un Nord majoritairement musulman et un Sud à dominante chrétienne.

En juin, le président Jonathan avait accusé Boko Haram de viser les églises pour provoquer une crise et déstabiliser le gouvernement.

abu-bs/jms/ej

PLUS:afp