NOUVELLES

Les déplacements de population dus à des violations des droits de l'Homme (ONU)

09/08/2012 11:37 EDT | Actualisé 09/10/2012 05:12 EDT

Les violations des droits de l'Homme et des lois humanitaires ont conduit "à un important déplacement de population en Syrie", a affirmé le Haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme dans un communiqué.

"De plus en plus de personnes sont forcées chaque jour de fuir leur maison à la suite d'une escalade de la violence et de chercher refuge dans des familles d'accueil, des écoles ou des abris de fortune", note Chaloka Beyani, rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'Homme des personnes déplacées dans leur propre pays.

"Il appelle les autorités syriennes et les parties impliquées dans le conflit à respecter les lois internationales, notamment celles concernant les droits de l'Homme et le droit humanitaire et d'éviter que se créent des conditions pouvant conduire à des déplacements de personnes", indique le communiqué.

Selon l'ONU, il y a environ 1,5 million de déplacés dans le pays, dont 200.000 qui ont quitté Alep (nord) à cause des combats d'une violence inouïe depuis le 20 juillet.

"C'est impératif que toutes les parties impliquées dans le conflit respectent les lois internationales humanitaires, notamment le droit à la vie, le respect de l'intégrité physique et la protection des déplacés et des civils".

M. Beyani a insisté auprès des autorités syriennes pour qu'elles permettent aux "acteurs humanitaires un accès sans restriction afin de pouvoir entrer en contact avec ceux qui en ont besoin", assure le communiqué.

"L'absence d'accès aux soins, aux abris, à l'eau, à la nourriture et aux services de base se combine avec la situation déjà difficile pour les déplacés", a-t-il dit.

ser/sk/ao/feb

PLUS:afp