NOUVELLES

JO-2012/Athlétisme - Sous l'empreinte des géants Bolt et Rudisha

09/08/2012 04:57 EDT | Actualisé 09/10/2012 05:12 EDT

Le Jamaïcain Usain Bolt, qui entre dans la légende en conservant le titre du 200 m, et le Kényan David Rudisha, vainqueur du 800 m avec record du monde (1:40.91), ont illuminé la 7e journée des jeux Olympiques de Londres, jeudi.

Bolt et Rudisha étaient les étoiles attendues. Elles ont resplendi par une belle soirée, parfaite pour le demi-fond, un peu fraîche pour les sprinters.

Pour rester dans le ton, les trois autres vainqueurs du jour ont été au niveau. Les Américains Ashton Eaton et Christian Taylor ont dominé le décathlon (8869 pts) et le triple saut (17,81 m). Et la Tchèque Barbora Spotakova a conservé sa couronne en survolant le concours du javelot (69,55 m), plus de quatre mètres devant l'Allemande Christina Obergfoll.

+La Foudre+ avait gardé la couronne du 100 m, dimanche. Elle a confirmé sa suprématie sur le demi-tour de piste, en 19 sec 32/100e (vent +0,4 m/s), devant ses compatriotes Yohan Blake (19.44), déjà dauphin sur la ligne droite, et Warren Weir (19.84).

Parti fort au couloir 7, Bolt a surgi en tête dans la ligne droite. Blake, son cadet de trois ans, qui l'avait devancé aux sélections jamaïcaines sur 100 et 200 m, a donné l'illusion de pouvoir le remonter à quelques 50 mètres de l'arrivée. Mais Bolt est resté Bolt, imprenable encore pour son partenaire d'entraînement.

"C'est ce record que je voulais et je l'ai (les quatre médailles d'or). Je pouvais sentir une petite douleur dans le dos, alors j'ai essayé de garder mon tempo, de rallier l'arrivée et, quand j'ai vu où j'en étais, j'ai décidé d'arrêter de courir parce que je savais que ce ne serait pas un record du monde", a expliqué le vainqueur, qui a freiné près de l'arrivée.

Bolt récolte même sa 5e médaille d'or aux Jeux, si on ajoute celle du relais 4x100 m en 2008 avec la Jamaïque. Il détient aussi trois records du monde (9.58/100 m, 19.19/200 m et 37.04/4x100 m).

A 64 ans (BIEN 64) de distance des Jeux de Londres-1948, qui avaient révélé à un monde en reconstruction les sprinters jamaïcains, alors sans drapeau, Bolt et ses frères pouvaient embrasser la piste.

Devenu son propre lièvre, Rudisha a, lui, serti son or d'un record du monde en menant de bout en bout. Se rabattant en tête après 120 mètres depuis son couloir 4, il est passé au 400 m en 49 sec 28/100e.

Rudisha repartait de plus belle dans la ligne opposée et ceux qui avaient osé prendre sa trace, l'Ethiopien Mohammed Aman et le Soudanais Abubaker Kaki, payaient leur audace.

Le Botswanais Nijel Amos, plus prudent, cueillait ainsi la médaille d'argent, et l'autre Kényan, Timothy Kitum, celle de bronze. Mis sur orbite, tous les concurrents amélioraient qui un record national, qui une marque personnelle.

"J'étais bien préparé cette année et je ne doutais pas de la victoire, a indiqué le nouveau champion olympique à la BBC. Mais j'attendais les conditons parfaites pour battre le record du monde parce que je savais que j'avais la forme pour courir en 1 min 40 sec".

"Et comme le temps était beau aujourd'hui, j'ai tenté. Lord Coe (Sebastian Coe, président du comité d'organisation des J0 de Londres et ex-recordman du monde du 800 m) est un très bon ami. J'étais venu ici début février et il m'avait emmené faire le tour du stade. Je lui avais dit qu'il pourrait être fier de ma course", a ajouté le Masai.

Rudisha a rappelé le Cubain Alberto Juantorena qui avait également battu le record du 800 m en finale des Jeux de Montreal, en 1976.

Comme Blake, Amos, 18 ans, et Kitum, 17 ans, devront encore attendre. Rudisha n'a finalement que 23 ans.

asc/sg

PLUS:afp