NOUVELLES

JO-2012 - L'objet du jour: le matelas de réception de la perche

09/08/2012 06:57 EDT | Actualisé 09/10/2012 05:12 EDT

Le saut à la perche est entrée dans une nouvelle ère dans les années 60 avec l'apparition du matelas de réception en mousse, et notamment en France, où son arrivée a été le fruit de la rencontre du hasard et de l'innovation, un soir de 1962, à Strasbourg.

"En France, au début des années 60, nous sautions sur des tas de sable", se souvient auprès de l'AFP Maurice Houvion, ancien perchiste émérite et entraîneur notamment de Jean Galfione, le dernier Français champion olympique d'athlétisme en 1996.

"C'était déjà une belle évolution d'avoir ce tas de 50 à 60 cm d'épaisseur, alors qu'avant nous n'avions que du sable à la hauteur du sautoir, comme pour du saut en longueur", poursuit-il.

Malgré tout, les perchistes devaient faire attention à retomber sur leurs pieds, pour ne pas se blesser.

Un jour de 1962, Maurice Houvion dispute un concours à Strasbourg. Après l'effort, le réconfort, et lors du banquet qui suit l'épreuve, le perchiste discute avec un industriel de la région, fabriquant de sièges pour automobiles.

"Je dois brûler les sièges défectueux et ça pollue beaucoup trop", lui dit l'industriel. "Plutôt que les détruire, je préférerais tomber dessus", lui répond le truculent Houvion. Les deux hommes conviennent alors d'un rendez-vous, 15 jours plus tard, à l'occasion d'un nouveau meeting.

"L'industriel avait préparé un matelas fabriqué avec les mousses des sièges défectueux, enveloppé eux-mêmes dans de la mousse". Houvion saute aussitôt 4,72 m, soit un nouveau record de France. Mais celui-ci ne ne sera pas homologué parce que la toise ne faisait que 4,50 m: "Ils avaient rajouté la hauteur d'une caisse de bière pour atteindre les 4,72 m", se souvient Houvion.

"A partir du moment où on a eu une réception souple, on pouvait se laisser aller et travailler sur une technique de franchissement de la barre beaucoup plus rationnelle", explique-t-il.

Houvion n'est pas le créateur des matelas en mousse, qui sont apparus en même temps à peu près partout dans le monde. Mais il est sans doute à l'origine de leur diffusion en France.

Devenu entraîneur peu de temps après, un des perchistes qu'il entraînait au PUC, Daniel Draux, lui proposera en effet de fabriquer et commercialiser ces fameux matelas. Ce sera l'origine de DimaSport, entreprise qui aujourd'hui équipe le monde entier de matériel sportif.

fbr/ol/jmt

PLUS:afp