NOUVELLES

Allemagne: enquête sur le petit-ami néo-nazi de la rameuse partie des JO

09/08/2012 10:52 EDT | Actualisé 09/10/2012 05:12 EDT

Le petit ami de la rameuse allemande Nadja Drygalla, qui a quitté précipitamment les JO de Londres, est soupçonné d'avoir fait partie d'un groupe néo-nazi ayant agressé des policiers en février, a annoncé jeudi le parquet de Rostock (nord) qui a ouvert une enquête.

Nadja Drygalla avait quitté Londres le 3 août après avoir participé aux épreuves d'aviron, craignant apparemment les conséquences des révélations dans la presse de sa relation avec Michael Fischer, un ancien militant du parti néo-nazi NPD.

Cette relation lui avait déjà coûté sa place au sein de la police allemande en 2011. Elle a cependant affirmé son rejet de toute idéologie d'extrême droite.

"M. Fischer est soupçonné d'avoir fait partie (d'un) groupe" de 20 à 30 militants d'extrême-droite qui avaient agressé des policiers pour perturber une cérémonie en l'honneur des victimes d'une série de meurtres xénophobes, selon une source judiciaire.

Michael Fischer, qui a quitté en mai le NPD, pour lequel il avait été candidat au dernières élections régionales dans le Land du Mecklembourg-Poméranie occidentale (nord), pourrait être poursuivi pour "atteinte à l'ordre publique aggravée".

Douze autres personnes sont concernées par cette enquête, et la présence de Michael Fischer sur les lieux n'est pas encore avérée, a-t-on souligné de même source.

Le départ anticipé de Londres de Drygalla a provoqué une polémique en Allemagne sur l'entourage des athlètes et sur l'infiltration de l'extrême-droite dans les clubs sportifs.

La rameuse a toutefois reçu le soutien du ministre de la Défense, Thomas de Maizière, qui a accusé la presse d'avoir dépassé les bornes en fouillant dans la vie privée de l'athlète.

hap/aro/sg

PLUS:afp