NOUVELLES

RDC: trois morts dans l'attaque de l'aéroport de Lubumbashi

08/08/2012 08:58 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT

Des hommes armés qui pourraient être des indépendantistes katangais ont attaqué dans la nuit de mardi à mercredi l'aéroport de Lubumbashi, la deuxième ville de la République démocratique du Congo, dans le sud-est du pays, tuant trois soldats, ont déclaré des responsables.

"Des hommes non identifiés armés ont attaqué l'aéroport de Luano, à Lubumbashi. Le bilan: il y a un garde républicain qui a été brûlé vif, donc décédé. Deux autres qui sont morts par balle. Le bilan total est de trois", a expliqué le major Ibrahim Diene, porte-parole militaire de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).

"Les assaillants ont pu s'échapper par la forêt malgré la riposte des autres gardes républicains. Des enquêtes sont en cours pour préciser l'origine et tout ce qui s'est passé", a-t-il ajouté.

Un journaliste de l'AFP a vu deux corps de gardes républicains, gisant à côté de l'une des tentes de militaires plantées aux alentours de l'aéroport. Selon lui, des coups de feu étaient audibles mercredi en début d'après-midi.

"Vers 02h00 du matin (00h00 GMT), on a entendu des coups de feu très nourris. Les coups ont duré jusqu'à 05h00 du matin. Puis vers 10h00, il y a eu d'autres tirs entre des militaires et des assaillants non identifiés", a déclaré à l'AFP une témoin.

"J'ai vu des gens habillés en lambeaux, avec des gris-gris autour du cou qui ont jeté des bombes dans les tentes des militaires commis à la garde de la piste de l'aéroport. Ces bombes ont tué sur le coup deux militaires de la garde républicaine", a-t-elle ajouté, affirmant qu'il y a eu aussi plusieurs blessés.

L'aéroport de Lubumbashi, capitale de la riche province minière du Katanga, est situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville.

Début février 2011, un agent de sécurité avait été tué dans ce même aéroport par des assaillants des rebelles de la Coordination pour le référendum de l'autodétermination du Katanga (Corak) qui avaient été repoussés par les forces armées, après trois heures d'affrontements.

Quatre membres du mouvement avaient été arrêtés, jugés et condamnés à mort par la cour militaire de Lubumbashi.

Les assaillants de la nuit de mardi à mercredi "sont les mêmes indépendantistes katangais qui avaient attaqué l'aéroport au début de l'année dernière, et qui avaient réussi à hisser leur drapeau à l'aéroport", a affirmé à l'AFP une source de l'Agence nationale de renseignement (ANR).

Mercredi, l'activité aérienne n'a pas été perturbée, a constaté le journaliste de l'AFP, mais la sécurité a été renforcée: des militaires bien armés restent aux aguets à de nombreux postes, des pistes menant à l'aéroport ont été barricadées, et les entrées sont rigoureusement filtrées.

Le Katanga est régulièrement secoué par des velléités sécessionnistes depuis juillet 1960, où un de ses dirigeants politiques, Moïse Tshombé, avait proclamé son indépendance, quelques semaines après l'accession du Congo, une colonie belge, à l'indépendance le 30 juin 1960.

La RDC est également le théatre depuis mai d'une recrudescence d'une rébellion dans le nord-est du pays, à la frontière avec le Rwanda et l'Ouganda.

str-hab/jlb

PLUS:afp