NOUVELLES

Porter signe avec Qatar Airways sa première entente intercompagnies

08/08/2012 01:53 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT

TORONTO, ONTARIO, - La société aérienne Porter a annoncé mercredi avoir conclu avec le transporteur Qatar Airways une entente qui permettra aux touristes de voyager aisément en provenance et à destination de ce pays du Moyen-Orient.

Il s'agit pour le transporteur régional torontois d'une première entente intercompagnies — type de partenariat permettant aux lignes aériennes d'accroître le trafic au sein de leurs réseaux et d'augmenter leurs revenus.

Les liaisons Doha-Montréal et Doha-Washington de Qatar Airways sont admissibles pour les vols intercompagnies de Porter. À Montréal, des vols de correspondance sont offerts trois fois par semaine à destination de l'aéroport Billy Bishop de Toronto et d'Halifax. À Washington, le service aérien est offert quotidiennement à destination de l'aéroport du centre-ville torontois.

Le président et chef de la direction de Porter, Robert Deluce, a indiqué que l'entente, en vigueur dès maintenant, constituait «le début d'un projet visant à recruter plusieurs partenaires intercompagnies en 2012, afin d'exposer Porter à de nouveaux passagers».

Pour l'instant, les billets pour les itinéraires auxquels participent Qatar Airways et Porter doivent être achetés chez Qatar.

Les ententes intercompagnies mènent souvent à des partenariats de partage de codes, qui impliquent un niveau plus élevé d'intégration entre les sociétés aériennes. Dans le cadre des ententes de partage de codes, les vols assurés par deux ou davantage de transporteurs ont le même numéro de code.

Air Canada (TSX:AC.B) dispose de partenariats avec 26 autres transporteurs grâce à son inclusion dans Star Alliance.

Sa principale rivale, WestJet Airlines (TSX:WJA), a choisi de ne pas participer à une telle alliance internationale, annonçant plutôt ses propres partenariats et ententes au cours des dernières années.

Pour un transporteur aérien comme Qatar Airways, une alliance avec Porter était essentiellement la seule manière de pénétrer le marché canadien, puisque les deux principaux transporteurs canadiens sont déjà impliqués dans des ententes, a expliqué l'analyste Rick Erickson.

Des joueurs plus petits, comme Porter, n'ont d'autre choix que de s'associer avec d'autres petits transporteurs ou avec des transporteurs arrivés tardivement sur le marché, comme Qatar, a-t-il dit.

«Je ne m'attends donc pas à ce que Porter nous annonce autant de partenariats que WestJet», a dit M. Erickson.

Et s'il considère qu'il s'agit d'une «bonne entente» pour les deux transporteurs, M. Erickson serait surpris de voir plus d'une poignée de passagers supplémentaires s'envoler à bord des avions de Porter grâce à ce partenariat.

«Est-ce que ça va se traduire par un achalandage plus important? Bien honnêtement, je ne le crois pas.»

PLUS:pc