NOUVELLES

Menacé d'expulsion après 32 ans au Canada, finalement il pourra rester

08/08/2012 02:25 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT

Le Portugais menacé d'expulsion en raison d'une erreur administrative après avoir vécu 32 ans au Canada pourra finalement rester dans le pays, les services d'immigration ayant reconnu mercredi matin une erreur dans son dossier.

Cet homme a raconté à Radio-Canada avoir reçu un appel d'excuses du ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration, annonçant qu'il pourra obtenir tant sa carte de résident permanent que sa citoyenneté lorsqu'il en fera la demande.

Révélée mardi par Radio-Canada, son histoire inhabituelle avait été reprise par les médias internationaux.

Son père de 88 ans qui vit au Portugal l'a entrevu à la télévision portugaise et l'a appelé aussitôt pour savoir ce qui se passait.

Marié à une Québécoise, Jose Pereira a eu quatre enfants et plusieurs petits-enfants au Canada et n'y a commis aucun délit.

Il était au Portugal pour rendre visite à son père malade lorsque sa carte de résident permanent avait expiré et il avait omis de répondre à la demande du consulat qui lui réclamait des preuves supplémentaires de son séjour au Canada.

N'ayant jamais reçu une lettre de rappel qui lui avait été envoyée au Portugal, il a été victime d'une réaction en chaîne bureaucratique qui a conduit le ministère à décider de l'expulser pour "utilisation abusive des lois d'immigration".

M. Pereira dit avoir vécu un "cauchemar" depuis l'annonce de cette décision, le 25 avril dernier, au moment où il s'apprêtait à acquérir la citoyenneté canadienne.

Il avait mis en vente sa maison à Saint-Roch-de-Richelieu, près de Montréal, bradé ses affaires "à des prix de fou" et loué une maison au Portugal. Mais il affichait un sourire radieux mercredi devant les caméras de Radio-Canada.

via/are

PLUS:afp