Huffpost Canada Quebec qc

Chili: manifestation d'étudiants à Santiago, 3 bus incendiés

Publication: Mis à jour:
SANTIAGO MANIFESTATION
Trois autobus publics ont été incendiés. (AFP) | AFP

SANTIAGO (Chili), 08 août 2012 (AFP) - Trois autobus des transports publics chiliens ont été incendiés mercredi à Santiago lors d'une manifestation d'étudiants, suivie d'affrontements de plusieurs heures avec les forces de l'ordre, selon la police.

La manifestation, qui réclamait la réforme du système éducatif chilien, n'était pas autorisée, selon le ministère des transports qui a accusé des étudiants cagoulés d'avoir intercepté les bus et fait descendre chauffeurs et passagers avant d'incendier les véhicules.

Un fort contingent des forces de l'ordre a tenté de disperser les quelque 1.000 manifestants massés dans le centre de la capitale chilienne avec des lances à eau et des gaz lacrymogènes.

"La patience des étudiants est à bout (...) Nous avons fait beaucoup d'efforts pour entamer un dialogue avec le gouvernement et le parlement" a déclaré à la télévision, le président de la Fédération des étudiants universitaires du Chili, Gabriel Boric.

"Le gouvernement n'a pas répondu aux demandes des étudiants. Le ministre (de l'Éducation Haral) Beyer a systématiquement dédaigné le mouvement étudiant et n'a écouté aucune de nos propositions", a-t-il ajouté.

Pour sa part, le porte-parole du gouvernement Andrés Chadwick a estimé que "les dirigeants étudiants qui convoquent ces manifestations illégales et non autorisées savent parfaitement qu'elles ouvrent la porte au vandalisme et à la délinquance"

Les étudiants chiliens ont organisé depuis mai 2011 plus de 40 manifestations, certaines parmi les plus massives depuis le retour de la démocratie en 1990. Plusieurs de ces manifestations ont été émaillées de violences entre jeunes casseurs et forces de police antiémeutes.

Le mouvement a influencé une hausse de 10% du budget éducation 2012, et obtenu un début de réforme sur la gestion des collèges et lycées publics, des avancées jugées insuffisantes par la principale organisation étudiante, la FECH.