NOUVELLES

Les pêcheurs de homard manifestent chez le ministre fédéral Keith Ashfield

08/08/2012 03:42 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT

FREDERICTON - Les pêcheurs de homard du Nouveau-Brunswick ont transporté mercredi leur cause devant les bureaux du ministre fédéral des Pêches, Keith Ashfield, à Fredericton.

«Ils n'en peuvent plus», a expliqué Christian Brun, porte-parole de l'Union des pêcheurs des Maritimes.

Les pêcheurs dénoncent depuis plusieurs jours la transformation de homards des États-Unis, moins chers, dans leur province, car cette pratique entraîne selon eux une chute des prix. La sénatrice américaine du Maine, Olivia Snowe, a d'ailleurs appelé au respect renforcé des normes commerciales de la province pour assurer la libre circulation des biens.

Des manifestations ont eu lieu la semaine dernière à Cap-Pelé et à Shediac. Des camions contenant des homards du Maine destinés à trois usines de transformation avaient alors été bloqués par les pêcheurs et contraints à rebrousser chemin.

Les usines de transformation du crustacé ont accepté vendredi dernier de payer un minimum de 2,50 $ par livre de homard transformé et 3 $ par livre de homard frais. Christian Brun a toutefois déclaré que les pêcheurs de la province avaient besoin de 4 $ la livre, que le homard soit transformé ou non, simplement pour amortir leurs coûts.

L'Union des pêcheurs des Maritimes espérait une compensation financière de la part du gouvernement du Nouveau-Brunswick, mais celui-ci a déclaré mardi n'avoir aucune intention d'injecter des fonds dans le cadre de ces négociations sur le prix du homard.

«Nous ne voulons pas venir compléter des écarts salariaux là où des gens sont payés pour des produits, a déclaré le ministre provincial des Pêches, Michael Olscamp. Cela établirait un précédent particulièrement différent.»

La province a plutôt proposé un an de délai supplémentaire aux pêcheurs ayant pris part à un programme de prêt de 11 millions $, ce que le syndicat a refusé.

Certaines usines de transformation du homard des Maritimes ont suspendu leurs activités après que des pêcheurs leur eurent demandé de ne pas accepter des crustacés du Maine, à moindre prix.

En réaction, le gouverneur de l'État du Maine, Paul LePage, a dit mardi travailler avec des responsables canadiens à une résolution du conflit du homard.

L'ouverture de la saison de la pêche au homard dans le sud-est du Nouveau-Brunswick a été retardée de quatre jours, et devrait maintenant débuter le 13 août prochain.

PLUS:pc