NOUVELLES

Le retour au travail prévu des employés de bureau à la CCQ a été reporté

08/08/2012 02:45 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le retour au travail prévu des employés et professionnels de bureau à la Commission de la construction du Québec (CCQ) a dû être reporté faute d'avoir pu signer le texte final de l'entente de principe intervenue le 24 juillet dernier.

Le syndicat plaide le maintient du lock-out, alors que la partie patronale affirme qu'il ne s'agit que d'un délai technique lié aux documents et aux derniers points en litige. Le syndicat devait fournir le texte final de la convention, ce qui n'a pas été fait.

Une rencontre est prévue jeudi, entre le syndicat et la partie patronale, en présence du médiateur, pour finaliser l'entente et les quelques points toujours en litige, a indiqué le porte-parole de la CCQ, Louis-Pascal Cyr. Puisque le conseil d'administration a avalisé la presque totalité de l'entente de principe, lundi soir, et que les syndiqués en ont fait autant le 30 juillet, il se dit confiant de voir le conflit se résoudre rapidement.

Le syndicat semble entendre la chose autrement, soutenant que si l'employeur était en désaccord avec certains éléments des textes finaux, il devait en aviser le syndicat avant la tenue du vote en assemblée générale, qui s'est soldé par une proportion de 98 pour cent en faveur de l'entente.

Or la rencontre du conseil d'administration a eu lieu le lundi 6 août.

La CCQ souhaite d'abord conclure les discussions sur la convention collective avant le retour au travail, ce pourquoi les employés ne sont pas encore retournés dans leurs fonctions.

Depuis le début de ce conflit, les relations entre la CCQ et le syndicat sont tendues.

La Commission de la construction du Québec (CCQ) compte 600 syndiqués dans ce litige.

PLUS:pc