NOUVELLES

JO-2012 - Merritt, le prodige a pris le temps de franchir les haies

08/08/2012 04:29 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT

Sacré champion du monde juniors en 2004, Aries Merritt a mis huit ans à bonifier son talent et préserver son corps des blessures pour décrocher mecredi le titre olympique sur 110 m haies, face aux plus grands spécialistes du monde.

Des prodiges qui s'égarent en cours de route, l'athlétisme international en regorge et Merritt - qui possède un lointain lien familial avec LaShawn Merritt le spécialiste du 400 m - a longtemps été catalogué dans cette case.

En 2004, lors des Mondiaux juniors, il était sacré avec 20 centièmes d'avance sur Dayron Robles. Mais quatre ans plus tard, c'est bien le Cubain qui allait être sacré champion olympique à Pékin, alors que Merritt, 4e des sélections américaines, n'aura même pas eu le droit de faire le voyage.

"J'ai souffert de nombreuses blessures", glisse, un peu timide le garçon de 27 ans aux cheveux tressés et collés au crâne, dont le regard bleu perçant tranche avec sa peau métisse.

Son talent, pourtant est rare. En 2006, il réalisera par exemple une saison universitaire exceptionnelle avec 18 victoires en autant de meetings, restant invaincu sur différentes distances (55 m haies, 60 m haies et 110 m haies) dans les séries comme en finale !

"J'ai grandi en Georgie et quand j'ai vu Allen Johnson gagner aux JO d'Atlanta (en 1996, il avait 11 ans, NDLR), j'ai su que je voulais faire des haies et participer un jour aux jeux Olympiques", confiait Merritt lors des sélections américaines.

De nouveau freiné par des blessures, Merritt parvient enfin, à partir de 2011, à faire une saison éclatante. Logiquement, il progresse rapidement dans la hiérarchie mondiale, jusqu'à espérer une médaille mondiale qui lui échappera finalement (5e) à Daegu (Corée du Sud).

La renaissance prend une nouvelle dimension en 2012, avec un titre mondial sur le 60 m en salle et la MPM qu'il réalise trois fois avant d'arriver à Londres, et d'en établir une nouvelle en finale (12.92).

Merritt aura pris le temps pour franchir les haies.

fbr/sg

PLUS:afp