NOUVELLES

JO-2012 - Fermeture de la maison Afrique pour défaut de paiement

08/08/2012 12:11 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT

La maison Afrique, vitrine du continent noir aux JO de Londres, était fermée mercredi pour défaut de paiement des fournisseurs, a-t-on appris auprès des organisateurs qui n'ont pas pu préciser si le site allait rouvrir ou non d'ici la fin des Jeux dimanche.

Le "village Afrique", installé dans les jardins de Kensington dans le centre de Londres et où vingt pays disposent de stands, "est actuellement fermé en raison du non paiement de certains fournisseurs par l'entreprise française Pixcom", a indiqué à l'AFP l'un des organisateurs sous couvert d'anonymat.

"Les fournisseurs de structures (tentes notamment) et les services de sécurité ne sont pas payés. N'étant pas payés, ils sont venus récupérer leur matériel ce matin. Pour l'instant, c'est le statu quo, il y a discussion", a-t-il ajouté, précisant que les tentes n'avaient pas été démontées.

"On est fou furieux", a réagi Lotfi Labaied du Comité national olympique tunisien, dont le pays dispose d'un stand au village. "On se sent lésés. On a engagé beaucoup de frais" en faisant venir des gens, a-t-il ajouté.

Pixcom a confirmé à l'AFP la fermeture du site. "C'est lié" au défaut de paiement de fournisseurs, a expliqué Alain Barbier, président de Pixcom, société spécialisée en communication événementielle. Mais "on ne comprend pas pourquoi c'est arrivé à quelques jours de la fermeture des Jeux alors que ça représente certainement des sommes minimales. On est en train de traiter le problème", a-t-il assuré.

C'est la première fois dans l'histoire olympique que l'Afrique avait ouvert une maison pendant les JO, à l'instar des maisons nationales de nombreux pays, espace de convivialité pour accueillir pendant les Jeux manifestations culturelles, gastronomiques et sportives, VIP's, athlètes, chefs d'entreprise et supporteurs.

Faute de moyens financiers suffisants pour ouvrir leur propre maison, des pays africains s'étaient associés à ce projet initié par l'Association des comités nationaux olympiques d'Afrique (Acnoa). L'Acnoa n'était pas joignable mercredi.

bed/dh/el

PLUS:afp