NOUVELLES

Gaz à effet de serre : le Canada serait à mi-chemin de sa cible

08/08/2012 11:02 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT
AP

Le Canada est à mi-chemin de sa cible d'émission de gaz à effet de serre qu'il s'est fixée pour 2020, a annoncé mercredi le ministre de l'Environnement Peter Kent.

En 2009, dans le cadre de l'Accord de Copenhague, le Canada s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 17 % d'ici 2020 par rapport aux niveaux de 2005.

Le ministre attribue cette réduction à l'approche sectorielle adoptée par le gouvernement, qui a réglementé les émissions des secteurs de la production de l'électricité et du transport. Selon le cabinet du ministre, le gouvernement compte poursuivre sa collaboration avec ses partenaires en vue de réduire les émissions des secteurs du pétrole et du gaz.

Les estimations du ministère sont publiées dans un rapport intitulé Tendances en matière d'émissions au Canada, qui présente une projection des émissions de gaz à effet de serre jusqu'en 2020. Le rapport tient compte pour la première fois de la contribution du secteur de la foresterie.

En mai 2012, le commissaire à l'environnement et au développement durable Scott Vaughan avait annoncé que, selon ses calculs, le Canada n'était pas en voie d'atteindre les objectifs prévus dans l'Accord de Copenhague.

De la « désinformation », accuse Équiterre

Steven Guilbeault, cofondateur et coordonnateur général adjoint d'Équiterre, s'est dit sidéré par l'annonce du ministre Kent, qu'il qualifie de « campagne de désinformation et de manipulation de la part du gouvernemental fédéral ».

Selon lui, Ottawa n'a rien fait dans ce dossier et s'approprie une réduction des émissions qui serait plutôt attribuable aux provinces. Il mentionne aussi un changement des règles comptables internationales qui permettent notamment de réduire l'impact des feux de forêt sur le bilan d'émissions.

« Les émissions de GES du secteur des sables bitumineux sont en train d'annuler tous les gains qu'on a faits au Québec et en Ontario », a expliqué M. Guilbeault, déplorant que le gouvernement s'amuse à « jouer avec les chiffres et à semer la confusion ».

M. Guilbeault souligne qu'Ottawa donne plus de 1,5 milliard de dollars en subvention aux pétrolières. En revanche, il accuse le ministre Kent d'être incapable de nommer une seule mesure concrète mise en place par son gouvernement qui aurait mené à une réduction des GES.