Huffpost Canada Quebec qc

Eugénie Bouchard cause la surprise en battant la 56e joueuse mondiale

Publication: Mis à jour:
EUGENIE BOUCHARD COUPE ROGERS
Eugénie Bouchard (PC/Paul Chiasson) | PC

MONTRÉAL - Invitée à figurer au tableau principal de la Coupe Rogers, la Canadienne Eugénie Bouchard n’a pas raté sa chance, mercredi, disposant de l’Israélienne Shahar Peer, 56e joueuse mondiale. Classée au 237e rang de la WTA, Bouchard, de Westmount, l’a emporté 3-6, 6-2 et 7-5 au terme d’un match de deux heures et 14 minutes.

Après s’être sortie d’impasse dans le 11e jeu de la troisième manche pour prendre les devants 6-5, Bouchard a sorti un fabuleux coup en parallèle à égalité dans le 12e jeu pour placer Peer dans les câbles. La Québécoise a remporté le match quand l’Israélienne a envoyé un retour dans le filet, elle qui n’a pas été constante avec son coup droit dans l’ultime manche.

«Je suis tellement fatiguée maintenant», a commenté Bouchard en entrevue sur le court. Elle a noté qu’elle était plus nerveuse quand elle menait à 5-4 que lorsque qu’elle était sur le point de perdre son service à 5-5.

Quelques heures plus tard, après s’être inclinée en double avec Aleksandra Wozniak, Bouchard a rencontré les médias et affichait la mine de celle qui n’aura rien à perdre jeudi soir sur le court central, en affrontant la Chinoise Na Li, dixième tête de série et 11e joueuse mondiale.

«Je vais dormir ce soir et je vais être correcte demain. Ce genre de match me donne beaucoup de confiance. Ça fait cinq ans que je travaille fort dans le tennis. Et avec des matchs face à des joueuses de top-100, ça me permet de continuer à progresser. Je ne suis pas étonnée. Je sais que j’ai le niveau pour le faire.

«Je vais y aller sans pression du tout. La seule pression que je ressens, c’est celle que je me mets moi-même. Je crois que je peux très bien jouer et si je suis à mon meilleur niveau, je peux gagner.»

Interrogée quant à savoir s’il s’agissait du meilleur match de sa jeune carrière — en dépit de sa victoire en simple chez les juniors à Wimbledon cette année —, Bouchard a eu cette réplique savoureuse.

«Ça doit être mon meilleur match, parce que c’est la meilleure joueuse classée que j’ai battue.»

Départ canon

Bouchard a entrepris le match sur les chapeaux de roues en prenant les devants 2-0 en trois petites minutes de jeu. Facile, quand tu remportes les neuf premiers points du match. Peer semblait incapable de loger une balle dans les limites du terrain.

L’Israélienne s’est toutefois ressaisie et elle a tiré parti du service inégal de la jeune québécoise qui a souvent interrompu son lancer de balle vers le ciel, étant incommodée par le soleil et le vent, plus tournoyant sur le central que la veille. Le long neuvième jeu peut résumer cette première manche. En retard 5-3, Bouchard a eu cinq balles de bris qu’elle n’a pu concrétiser, le plus souvent en logeant ses balles hors limites.

Situation complètement différente au deuxième set. Délaissant le jeu de fond de court, Bouchard a varié ses attaques et est montée souvent au filet, une tactique qui l’a bien servie. Solide à la volée, elle a logé quelques passings précis et des revers meurtriers qui ont fait la différence, prenant trois fois le service de son adversaire pour s’imposer facilement 6-2.

«Après avoir perdu le premier set, j’ai commencé le deuxième avec force, analysé Bouchard. Je n’ai jamais lâché. Je l’ai brisée tout de suite après. Je suis fière de comment je me suis comportée au plan de l’attitude.»

Bataille de tranchées au début du troisième set avec de superbes échanges, aucune joueuse ne cédant un pouce, chemin faisant vers une égalité de 3-3. Au septième jeu, Bouchard a raté un coup droit aisé et frappé deux balles trop longues afin de permettre à Peer de réussir le premier bris de cette manche, un avantage qu’elle a échappé aussitôt.

Menacée au 11e jeu, la Québécoise s’est sortie d’impasse avec un coup droit dévastateur et deux services impeccables pour prendre les devants 6-5 et elle a conclu la rencontre en brisant le service de Peer au 12e jeu.

«Je pensais un point à la fois à 5-5, dans le troisième set. J’ai été combative. Je sais que c’est comme ça que je devais jouer pour gagner le match.»

Battues en double

La situation fut tout autre pour Bouchard en début de soirée. Jumelée à Wozniak, les deux Canadiennes ont perdu en deux manches de 6-2 face aux Américaines Raquel Kops-Jones et Abigail Spears.

Jouant sur le court no 9, où l’on peut voir les joueuses de près comme si nous étions au parc du quartier, Bouchard et Wozniak, de Blainville, ont rapidement fait la démonstration qu’elles ne jouent pas souvent ensemble.

En dépit de leurs nombreux conciliabules, les Québécoises étaient hésitantes face aux coups droits et aux volées de leurs adversaires, sans compter qu’elles n’ont guère été dominantes au service. Bouchard n’avait visiblement plus de jus après son long match de simple.

«J’étais un peu fatigué, a-t-elle nuancé, mais nous avons joué face à de très bonnes joueuses qui ne jouent que le double.»

Pour sa part, Wozniak jouera son match de deuxième tour en simple face à la Serbe Jelena Jankovic, 13e tête de série, jeudi après-midi.

Pelletier et Fichman s’inclinent

Un peu plus tôt, l’autre duo canadien formé de Marie-Eve Pelletier et Sharon Fichman a livré toute une lutte face à la paire formée des Slovaques Daniela Hantuchova et Dominika Cibulkova, s’inclinant 7-5, 6-3 et 12-10.

«Le tennis peut être cruel en simple, mais il l’est encore plus en double, a dit Pelletier. Le bris ne s’est pas joué à grand-chose. J’ai eu une bonne série de 15 victoires en double cette saison, en sauvant souvent des balles de match, mais aujourd’hui (mercredi), nous n’avons pas réussi à gagner.»

Kvitova à la dure

En soirée, la Tchèque Petra Kvitova, cinquième tête de série, a livré une guerre d’usure à Ksenia Pervak, du Kazakhstan. Pervak a enlevé la première manche 6-4 et c’était l’égalité 4-4 quand la pluie a interrompu la rencontre. La Kazak semblait toutefois s’être étirée un muscle à la cuisse. Au retour, la Tchèque a remporté le deuxième set 7-6 ne cédant aucun point à son adversaire dans le bris d’égalité avant de conclure 6-0 dans l’ultime manche.

L’Italienne Flavia Pennetta (14e) a abandonné alors qu’elle avait les devants 4-1 face à la Sud-Africaine Chanelle Scheepers, tombeuse de Stéphanie Dubois la veille. Sa compatriote Sara Errani (8e) a vaincu la Slovaque Jana Cepelova 6-3, 6-2 dans une rencontre de deuxième tour.

La Chinoise Shuai Peng a battu la Française Aravane Rezai 7-6 (5) et 6-3, l’Américaine Varvara Lepchenko s’est imposée 6-2, 6-3 contre la Russe Anastasia Pavlyuchenkova, et l’Allemande Mona Barthel a eu le meilleur 6-4, 5-7 et 7-6 (5) face à la Hongroise Timea Babos lors de matchs de premier tour.

Également au premier tour, on note le triomphe de la qualifiée néerlandaise Kiki Bertens 3-6, 7-6 (4), 6-4 contre la Russe Nadia Petrova et celui de l’Américaine Christina McHale, qui a gagné son match 3-6, 6-1 et 6-3 au terme de son duel avec la Néerlandaise Arantxa Rus.

McHale affrontera au prochain tour Galina Voskoboeva, du Kazhakstan, qui remplace la Russe Maria Sharapova qui s’est désistée mercredi en raison d’un virus.

Plus tard en soirée, l'Australienne Samantha Stosur (4) est passée au tour suivant en raison de l'abandon de son adversaire, Simona Halep. Stosur avait remporté la première manche 7-5 et la marque était de 4-4 quand la Roumaine a abandonné.