NOUVELLES

Des groupes environnementaux disent être laissés de côté par Edmonton

08/08/2012 11:22 EDT | Actualisé 08/10/2012 05:12 EDT

EDMONTON - Des groupes ayant exigé une évaluation des mesures de sécurité des oléoducs albertains affirment que le gouvernement de la première ministre Alison Redford refuse de les écouter.

Le mois dernier, la province a annoncé qu'une évaluation indépendante se pencherait sur la façon dont la sécurité des oléoducs est assurée.

Cette évaluation examinera également les mesures de sécurité entourant les oléoducs qui franchissent des cours d'eau ou des plans d'eau, ainsi que la façon dont la province réagit aux déversements.

Greenpeace Canada, l'Alberta Surface Rights Group et le Conseil des Canadiens estiment que l'ampleur de l'évaluation est trop réduite.

Les organisations ajoutent que Mme Redford n'a pas accepté de les rencontrer pour entendre leurs doléances, mais qu'elle a toutefois rencontré des représentants de l'industrie de l'énergie à propos de l'évaluation.

Les groupes affirment que l'évaluation devrait viser à protéger les communautés et l'environnement, et non pas être un exercice de relations publiques.

PLUS:pc