Les étudiants du cégep de St-Jérôme votent pour la trêve électorale

Publication: Mis à jour:
MANIFESTATION NOCTURNE 36
Olivier Lauzon

MONTRÉAL - Deux associations d'étudiants ont choisi mercredi de mettre fin, du moins temporairement, à leur grève contre la hausse des frais de scolarité.

Les étudiants du cégep de Saint-Jérôme et ceux du Collège de Valleyfield se sont prononcés en faveur d'un retour en classe la semaine prochaine pour terminer leur session d'hiver. Ces deux associations sont affiliées à la Coalition large de l'association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).

L'Association étudiante du cégep de Saint-Jérôme (AGES) a été la première à se prononcer en vue du retour en classe prévu le 16 juillet. Un vote à main levée en présence d'environ 250 membres s'est soldé par une majorité d'au moins 60 pour cent en faveur d'une trêve électorale. Un autre vote de grève se tiendra après les élections provinciales du 4 septembre.

De son côté, le Collège de Valleyfield a tenu un vote secret mercredi soir. Ici aussi, le résultat a été sans équivoque: 61 pour cent des 700 étudiants à s'être prononcés ont choisi de mettre fin à leur débrayage.

Ces associations ont opté pour une avenue différente de celle préférée par les étudiants en sciences humaines de l'UQAM et en service social de l'Université de Montréal, qui ont choisi plus tôt cette semaine de poursuivre leur action et de faire fi de la loi spéciale adoptée par le gouvernement Charest le printemps dernier.

La coporte-parole de la CLASSE, Jeanne Reynolds s'est dite déçue du résultat du scrutin au Collège de Valleyfield, l'établissement qu'elle fréquente, mais affirme que la mobilisation n'est pas terminée.

«Il est certain que nous ne pouvons pas sauter de joie; il s'agit de mon cégep, et je connais donc les militants. Cependant, il n'y a pas de tradition de lutte étudiante, et il s'agit ainsi d'une victoire qu'il faut souligner», a-t-elle déclaré.

Selon elle, le résultat du vote au Collège de Valleyfield n'aura pas nécessairement d'influence sur ceux qui sont à prévoir au cours des prochains jours dans les différents établissements et programmes qui ont déclenché la grève.

«Nous avons quand même été 160 000 (étudiants en grève) lorsque la loi 12 a suspendu le conflit étudiant, et il y a donc de bonnes chances pour que nous continuions la grève.»

Mme Reynolds a plaidé qu'il y avait «toujours une hausse des droits de scolarité» et «toujours une loi qui pèse sur nos épaules».

«Nous appelons bien sûr à poursuivre la mobilisation», a-t-elle ajouté.

D'autres assemblées générales dans les cégeps du Québec sont prévues au cours de prochains jours. Historiquement très militants, les étudiants du cégep Marie-Victorin et du Collège de Maisonneuve, à Montréal, doivent notamment se prononcer lundi.

À la Fédération des cégeps, on assure que les cours seront donnés dès la rentrée et que ceux qui n'y assisteront pas risquent de se retrouver avec des mentions d'échecs à leur bulletin.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

22 juillet
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction