NOUVELLES

Yémen: M. Hadi réduit le pouvoir du fils de l'ex-président

07/08/2012 03:52 EDT | Actualisé 06/10/2012 05:12 EDT

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a décidé lundi soir de réduire le nombre d'unités sous le commandement du fils aîné de l'ex-président Ali Abdallah Saleh et de celui de son rival, le général dissident Ali Mohsen al-Ahmar, dans le cadre d'une restructuration de l'armée.

M. Hadi, qui a succédé en février à M. Saleh, a soustrait plusieurs brigades de la puissante Garde républicaine, conduite par le général Ahmed, fils de l'ex-président, et de la 1ère division blindée du général Ahmar, pour les affecter à la Garde présidentielle et aux régions militaires Centre et Sud.

Ces mesures, prises par deux décrets publiés par l'agence officielle Saba, ont été aussitôt saluées par le général Ahmar, qui avait rallié en mars 2011 le mouvement de contestation populaire déclenché deux mois plus tôt et qui a conduit en février au départ de M. Saleh, après 32 ans au pouvoir.

Ces décisions "courageuses" sont de nature à "rétablir la discipline (militaire) et à favoriser les conditions propices pour la restructuration de l'armée", a déclaré le général Ahmar, commandant de la région Nord-Est et de la 1ère division blindée.

Il a aussi assuré le président Hadi de sa "disponibilité à appliquer toutes les décisions du chef de l'Etat, commandant en chef des forces armées".

Le commandant de la puissante Garde républicaine, une unité d'élite redoutée sous le règne du président Saleh et dont la maintien après le départ de ce dernier est vivement contesté dans les milieux de jeunes protestataires, n'a pas encore réagi aux nouvelles mesures.

Le transition politique, engagée au Yémen depuis l'accession de M. Hadi à la présidence en février, bute notamment sur la difficulté de restructurer les forces armées et de sécurité, qui souffrent toujours des séquelles de leurs divisions entre partisans et adversaires du mouvement de contestation populaire.

str/tm/cco

PLUS:afp