NOUVELLES

USA: 1,76 million de sans papiers concernés par la suspension des expulsions

07/08/2012 02:47 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

Selon une nouvelle estimation publiée mardi par l'Insitut des politiques migratoires (MPI), 1,76 million d'immigrés sans papiers présents aux Etats-Unis pourraient bénéficier de la suspension des expulsions décidée par le président Obama le 15 juin.

La mesure concerne les immigrés âgés de 15 à 30 ans arrivés sur le territoire américain avant leurs 16 ans, scolarisés ou diplômés, et n'ayant pas d'antécédents judiciaires. Après examen de leur dossier, ceux-ci pourront voir leur procédure d'expulsion suspendue et obtenir un permis de travail de deux ans.

Alors que le gouvernement a estimé à plus de 800.000 le nombre de personnes potentiellement bénéficiaires de la nouvelle mesure, le MPI, un centre d'études indépendant, affirme qu'il y a déjà 1,26 million de sans papiers dans la tranche d'âge concernée, et que 500.000 autres seront à leur tour éligibles quand ils auront 15 ans. Pour les chercheurs du Pew, un autre centre d'études indépendant, ils seraient 1,4 million au total.

Selon le MPI, les trois-quarts des bénéficiaires potentiels sont originaires du Mexique ou d'un autre pays d'Amérique centrale. Les Etats ayant le plus grand nombre d'immigrés qualifiés sans papiers sont la Californie, le Texas, la Floride, l'Etat de New York, et l'Illinois.

Si les dossiers peuvent être envoyés dès le 15 août, un fonctionnaire de l'administration confie qu'il faudra sans doute "plusieurs mois" aux candidats avant de recevoir leur permis, en raison des vérifications à faire.

En annonçant la mesure, M. Obama avait déclaré qu'il ne s'agissait ni d'une "amnistie" ni d'une première étape vers la citoyenneté, mais de "la chose la plus censée à faire".

Cette décision, largement approuvée par la communauté latino-américaine, pourrait, selon des analystes, aider Barack Obama à remporter la présidentielle de novembre. Courtisant aussi un électorat latino de plus en plus important, les républicains critiquent, eux, une décision politique.

"Les Américains devraient être outrés de savoir que le président compte outrepasser l'autorité conférée par la Constitution au Congrès en amnistiant par décret un million d'étrangers en situation irrégulière", avait critiqué le représentant conservateur l'Iowa Steve King le jour de l'annonce.

du/nss/sat/bdx

PLUS:afp