NOUVELLES

Une probable fosse commune des Khmers rouges découverte au Cambodge

07/08/2012 05:27 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

DAU DANTREY, Cambodge - Des centaines de Cambodgiens ont afflué dans un village du nord-ouest du pays, mardi, après la découverte de ce qui pourrait être une fosse commune contenant les restes de victimes du régime des Khmers rouges.

Parmi eux figurait Muoth Sam Khan, 56 ans, qui pense que huit de ses proches pourraient avoir été tués et enterrés dans la fosse commune découverte dans le village de Dau Dantrey, près d'une ancienne prison des Khmers rouges.

«J'ai essayé de ne pas y penser pendant 30 ans, mais quand j'ai entendu dire qu'ils avaient trouvé des corps, je me suis dit que je devais venir», a raconté Muoth Sam Kahn, qui vit dans un autre village de la région.

Environ 1,7 million de Cambodgiens, soit le quart de la population du pays, sont morts torturés ou exécutés durant le régime des Khmers rouges, de 1975 à 1979. Le régime gérait près de 200 prisons où les détenus étaient torturés avant d'être tués.

Samedi, des villageois ont découvert une vingtaine de crânes et des restes de squelettes humains, dont certains avaient les jambes attachées avec une corde, en excavant le sol dans l'objectif de vendre la terre. Les historiens et les chercheurs pensent qu'il pourrait y avoir des milliers de corps enterrés dans la zone, située à environ 60 kilomètres de Siem Reap, où se trouvent les célèbres temples d'Angkor.

Des équipes d'excavation doivent commencer à fouiller le sol après une cérémonie bouddhiste prévue cette semaine, a indiqué le chef du village, Chheng Theng. Il a précisé que des centaines de personnes affluaient chaque jour dans le village depuis la découverte des ossements le week-end dernier.

Le Centre de documentation du Cambodge, qui collecte les preuves des atrocités commises par les Khmers rouges, avait estimé en 1998 que la région cachait plusieurs fosses communes. Le centre s'appuyait sur des entrevues menées avec des dizaines de villageois, mais les lieux n'avaient jamais été fouillés avant, a indiqué son directeur, Youk Chhang.

Environ 35 000 personnes sont mortes dans la prison près de laquelle la fosse a été découverte, selon lui. La prison était située entre deux villages, Dau Dantrey et Thkov.

Muoth Sam Khan a raconté que huit membres de sa famille mangeaient de la soupe en secret par une nuit de 1977 quand des responsables du régime des Khmers rouges sont arrivés. Quelques jours plus tard, ils ont été arrêtés et placés en isolement, avant d'être tués, a-t-il dit.

Les Khmers rouges avaient interdit les repas privés dans une volonté de transformer le pays en utopie communiste agraire. Des lieux d'alimentation en commun avaient été créés et les Cambogiens devaient manger les maigres aliments qui leur étaient servis.

«Ma femme et moi ne savons pas si ces crânes et ces os sont ceux de ma famille, mais nous voulions venir pour leur rendre hommage», a affirmé M. Khan.

PLUS:pc