Huffpost Canada Quebec

Les libéraux promettent un crédit d'impôt à la rénovation verte

Publication: Mis à jour:

SHERBROOKE, Qc - Jean Charest a déclaré mardi qu'il ne souhaite pas le retour des perturbations du conflit étudiant, même si des documents de son parti montrent que sa stratégie électorale visait à associer ses adversaires péquistes aux manifestations de la rue.

Alors que des associations étudiantes doivent décider dans les prochains jours avec leurs membres si la grève doit reprendre, M. Charest n'a pas voulu dire s'il avait envisagé, parmi les hypothèses, la possibilité que les hostilités reprennent avec les étudiants.

Le chef libéral a affirmé lors d'une conférence de presse que les dispositions limitant les manifestations, inscrites dans la loi 12, visaient aussi à faciliter la rentrée.

«Je n'ai pas souhaité ce qui est arrivé au printemps, a-t-il dit. Je ne souhaite pas qu'il y ait de perturbations, je veux que ça se fasse dans l'ordre, et je demande aux Québécois de respecter les lois et surtout de respecter les droits d'un citoyen de pouvoir étudier.»

M. Charest a rappelé mardi que la chef péquiste Pauline Marois avait appuyé les étudiants en grève, au printemps dernier.

En juin, les péquistes avaient obtenu un document des libéraux montrant que la stratégie électorale de M. Charest s'articulerait autour du conflit étudiant pour associer Mme Marois aux désordres de la rue.

Une première association étudiante, regroupant les 638 étudiants en service social à l'Université de Montréal, a voté lundi en faveur de la reprise de la grève. Seulement 61 personnes se sont toutefois prononcées lors du scrutin, valide puisqu'il y avait quorum. Plusieurs étudiants de cégeps vont aussi se prononcer au cours des prochains jours.

Par ailleurs, M. Charest a annoncé mardi que les libéraux offriront un crédit d'impôt pour la rénovation verte s'ils sont élus.

M. Charest a déclaré que 20 pour cent des dépenses seront admissibles, et que le remboursement maximal sera de 3000 $.

Les propriétaires devront toutefois effectuer au minimum 1000 $ de travaux sur leur résidence principale pour bénéficier du crédit, qui s'appliquera sur le montant excédant ce seuil. Par exemple, si un propriétaire engage 1500 $ de travaux, le crédit sera calculé sur 500 $.

Ce programme sera disponible durant un an seulement et son coût total est évalué à 50 millions $.

Les rénovations visées doivent améliorer le bilan environnemental, en réduisant la consommation d'énergie. Le programme inclut les travaux sur l'isolation, l'étanchéité, la climatisation et la consommation d'eau.

Sur le plan fiscal, M. Charest a déclaré mardi qu'il n'a pas l'intention de baisser les impôts, contrairement à son adversaire de la Coalition avenir Québec, (CAQ) François Legault.

Le chef libéral a affirmé que son objectif est plutôt de rétablir l'équilibre budgétaire, prévu lors du prochain exercice.

«Nous devons revenir à l'équilibre budgétaire, la crédibilité des finances publiques en dépend et nous devons le faire dans les délais qu'on s'est donnés», a-t-il dit.

M. Charest a jugé que M. Legault faisait preuve d'irresponsabilité et d'improvisation en promettant des baisses d'impôt de 1000 $, mardi.

«Je comprends qu'il est incapable de dire où il va prendre tout l'argent pour faire ça, a-t-il dit. Je vois là-dedans une marque de commerce de la campagne de M. Legault, on a vu ça avec M. Duchesneau, c'est de l'improvisation.»

Durant la campagne électorale de 2007, M. Charest avait promis des baisses d'impôts de 950 millions $ grâce à une somme de 700 millions $ obtenue d'Ottawa à titre de règlement du déséquilibre fiscal.

«On l'a fait, c'est reconnu, on a fait la baisse d'impôt, a-t-il dit. Maintenant, on va livrer l'équilibre budgétaire, parce que c'est ça, la priorité, pas d'aller jouer dans les finances publiques.»

La caravane libérale a fait campagne mardi dans deux circonscriptions où des ministres libéraux de longue date ont choisi de ne pas se représenter.

M. Charest a annoncé son crédit d'impôt à Sherbrooke, dans la circonscription de Saint-François, en présence de la candidate Nathalie Goguen qui tentera de succéder à la ministre des Relations internationales, Monique Gagnon-Tremblay.

Mme Gagnon-Tremblay, élus depuis 1989, avait gagné il y a quatre ans la dernière élection avec une avance de 1346 voix sur le candidat péquiste Réjean Hébert, qui est de retour pour cette campagne.

À Richmond, M. Charest a visité une usine d'équipement destiné à l'industrie de l'asphaltage avec sa candidate Karine Vallières. Mme Vallières est la fille du ministre Yvon Vallières, qui a remporté sa première élection dans Richmond en 1973.

En 2008, M. Vallières avait obtenu une avance de 5123 votes sur son adversaire péquiste.

En soirée, M. Charest a participé à un rassemblement militant dans Drummond-Bois-Francs, une nouvelle circonscription.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Quelques citations du 6 août
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction