NOUVELLES

Liu Xiang s'effondre encore aux haies, Bolt se qualifie aisément au 200 mètres

07/08/2012 02:56 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

LONDRES - Un ancien champion olympique n'a couru que pendant quelques mètres, mardi, alors qu'un autre ex-médaillé d'or l'a fait sans trop se presser dans sa quête d'un deuxième doublé olympique consécutif au sprint.

Et un troisième olympien a nagé, pédalé et couru sur une distance supérieure à 50 km et avait encore suffisamment d'énergie pour franchir la ligne d'arrivée, drapé du Union Jack.

Les contrastes ne pouvaient être plus frappants entre le Chinois Liu Xiang, le Jamaïcain Usain Bolt et le triathlète britannique Alistair Brownlee.

Liu, médaillé d'or aux Jeux de 2004 et un ancien détenteur du record mondial, s'est accroché dans la première haie et s'est écrasé au sol lors de la vague initiale du 110 mètres haies.

Du même coup, Liu a vécu le même cauchemar qu'il y a quatre ans, devant les siens à Pékin, alors qu'il avait été contraint à l'abandon après deux foulées en raison de blessures au pied et à l'ischio-jambier droits.

Feng Shuyong, l'entraîneur en chef de l'équipe d'athlétisme de la Chine, a confirmé que la blessure était la même que celle que Liu avait subie il y a quatre ans. Il a cependant carrément refusé de parler des plans d'avenir de son coureur.

De son côté, Bolt a été égal à lui-même. Quelque 48 heures après avoir glané l'or du 100 mètres, le Jamaïcain a facilement remporté l'or de sa vague éliminatoire. Avant de franchir la ligne d'arrivée en 20,39, Bolt s'est permis de regarder à sa droite, puis à sa gauche.

Le chrono de Bolt n'a pas menacé son record mondial de 19,19 établi aux Championnats du monde de 2009, mais cette marque pourrait disparaître en demi-finale et lors de la finale, jeudi.

«C'était bon. Il faut prendre les choses aisément», a lancé Bolt.

Brownlee a bonifié l'impressionnante récolte de médailles d'or du Royaume-Uni grâce à sa victoire au triathlon, en 1h46:25, sur le pittoresque tracé traversant Hyde Park et la Serpentine.

Alors qu'il se trouvait encore à quelques centaines de mètres de la ligne d'arrivée, le triathlète de 24 ans a pris un drapeau britannique d'un spectateur et, après avoir remarqué qu'il détenait une confortable avance, a ralenti pour apprécier le moment, s'est momentanément arrêté à la ligne d'arrivée avant de la traverser.

Son frère cadet Jonathan a pris le troisième rang de l'épreuve, l'Espagnol Javier Gomez se faufilant entre les deux.

La délégation britannique a d'ailleurs connu un excellent début de journée mardi, amassant trois autres médailles d'or, dont la sixième en carrière du cycliste Chris Hoy, en keirin, et celle de Laura Trott à l'omnium féminin.

La seule note discordante pour les supporters britanniques aura été la médaille d'argent de la cycliste Victoria Pendleton, favorite de l'épreuve de vitesse, battue par l'Australienne Anna Meares.

Ils ont toutefois pu applaudir le triomphe de leur pays à l'épreuve de dressage par équipes des sports équestres, devant l'Allemagne et les Pays-Bas.

À l'issue de la 11e journée d'épreuves, mardi, le pays hôte avait déjà amassé 22 médailles d'or, l'assurant ainsi de sa plus imposante récolte à ce chapitre en 104 ans.

Au cumulatif, le Royaume-Uni compte 48 médailles, le même total que la Russie, mais 12 médailles d'or de plus. Mais la Russie n'a pas été inactive mardi, Ivan Uhkov (saut en hauteur), Ilya Zakharov (plongeon) de même que Natalia Ishchenko et Svetlana Romashina (nage synchronisée) accédant tous à la plus haute marche du podium.

La Chine domine le classement général avec 73 médailles (34-21-18), devant les 70 breloques des États-Unis (30-19-21).

Par ailleurs, l'Algérien Taoufik Makhloufi, qui avait été disqualifié des Jeux, lundi, pour ne pas avoir couru avec suffisamment d'ardeur au 800 mètres, avant d'être réintégré à la suite d'un appel, est retourné sur la piste mardi et remporté une inattendue médaille d'or au 1500 mètres, en 3:34,08.

Chez les dames, l'Australienne Sally Pearson s'est couverte d'or au 100 mètres haies devant un trio d'Américaines, réalisant au passage un record olympique de 12,35.

En gymnastique, la Chine a ajouté deux médailles d'or, celles de Deng Linlin à la poutre et de Zhe Feng chez les hommes aux barres parallèles. Médaillée de bronze à la poutre, l'Américaine Alexandra Raisman a raflé l'or environ une heure plus tard lors de l'exercice au sol, tandis qu'Epke Zonderland, des Pays-Bas, devançait tous ses rivaux à la barre fixe.

En planche à voile, le Néerlandais Dorian van Rijsselberge, chez les hommes, et l'Espagnole Marina Alabau, chez les femmes, ont mérité les médailles d'or.

Dans un tout autre ordre d'idées, le principal dirigeant de la délégation du Cameroun aux Jeux olympiques de Londres affirme que sept athlètes manquent à l'appel au village olympique, évoquant une possible demande d'asile de leur part à la Grande-Bretagne.

David Ojong a indiqué mardi que les athlètes concernés détiennent actuellement un visa qui leur permettrait de demeurer dans le pays au moins jusqu'au mois de novembre.

Il affirme qu'il s'agit de cinq boxeurs, un nageur et un joueur de soccer qui ne se trouvent pas dans le village olympique, à Stratford, situé dans l'est de Londres.

PLUS:pc