NOUVELLES

Les enseignants favoriseraient le développement d'espèces envahissantes

07/08/2012 07:34 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

TORONTO - Un nouveau sondage porte à croire qu'une méthode populaire auprès des enseignants canadiens et américains pourrait causer des problèmes à Dame Nature.

L'étude de l'Université d'État de l'Oregon indique que le quart des enseignants qui utilisent des organismes vivants comme outils pédagogiques relâchent les espèces dans la nature une fois la section du programme terminée, mais seulement 10 pour cent d'entre eux le font en respectant un programme de libération contrôlée.

Selon l'enquêteur Sam Chan, les professeurs qui ne respectent pas un tel programme pourraient accidentellement aider à propager des espèces envahissantes.

Le coup de sonde a permis de découvrir que la majorité des espèces utilisées dans les classes, incluant des écrevisses, des amphibiens et diverses plantes aquatiques, ont été identifiées comme étant potentiellement envahissantes lorsqu'elles ne se développent pas dans leurs climats natifs.

Pour M. Chan, les effets suivant le relâchement d'espèces à l'extérieur de leur territoire d'origine ne sont pas toujours bien compris, et les professeurs devraient faire preuve de prudence.

Il affirme que les organismes vivants sont un outil pédagogique que les professeurs ne devraient pas hésiter à utiliser, mais ajoute qu'une réflexion plus poussée devrait être menée sur les conséquences suivant la fin du programme scolaire.

Dans une déclaration transmise par voie de communiqué, il précise qu'il serait nécessaire d'éduquer à la fois les enseignants et les fournisseurs sur les dangers économiques et environnementaux des espèces envahissantes.

Environ 50 pour cent des espèces utilisées en classe sont fournies par des entreprises de fournitures biologiques, tandis que le reste provient habituellement des animaleries et des aquariums, a ajouté M. Chan.

Le sondage a consulté des enseignants travaillant dans huit États américains, ainsi que ceux de l'Ontario et de la Colombie-Britannique.

PLUS:pc