NOUVELLES

Les chrétiens de Gaza peuvent prier en Israël, pas les musulmans (justice israélienne)

07/08/2012 11:23 EDT | Actualisé 07/10/2012 05:12 EDT

La Cour suprême d'Israël a approuvé mardi la politique du gouvernement autorisant les chrétiens de la bande de Gaza à prier sur leurs lieux saints en Israël et en Cisjordanie et contestant l'automaticité de ce droit aux musulmans de l'enclave palestinienne.

Dans un arrêt rendu mardi, l'institution judiciaire a rejeté un appel présenté par six musulmanes de Gaza et par le Centre légal pour la liberté de mouvement Gisha.

Cet appel contestait une décision du tribunal de district de Beersheba (sud) qui avait refusé d'intervenir contre cette politique.

Les six femmes, toutes âgées de plus de 40 ans, n'avaient pas été autorisées à se rendre à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem-Est, troisième lieu saint de l'islam, afin de prier lors d'une fête musulmane.

Elles avaient dénoncé une discrimination entre les 3.000 chrétiens vivant à Gaza et quelque 1,6 millions de musulmans résidant dans l'enclave côtière.

Les autorités israéliennes justifient par des motifs sécuritaires les limitations à l'accès aux lieux saints musulmans qu'elles imposent périodiquement, via des quotas, des conditions d'âges ou de lieu de résidence.

Selon les attendus de son arrêt, la Cour suprême a notamment estimé qu'il était légitime de considérer les croyances religieuses comme des critères en vertu desquels les Palestiniens de Gaza pouvaient ou non être autorisés à entrer en Israël pour se recueillir sur leurs lieux saints.

ChW/sbh

PLUS:afp